Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

mercredi 5 janvier 2011

LE PROGRAMME DE GESTION INTEGREE DE LA PRODUCTION ET DES DEPREDATEURS

Moins de pesticides, plus de rendements et de revenus, FAO, 20/12/10

Le Programme de gestion integree de la production et des depredateurs en Afrique de l’Ouest enregistre des progres notables

Rome -

En Afrique de l'Ouest, grace a un projet international qui promeut les pratiques agricoles durables, des agriculteurs sont parvenus a reduire l'utilisation des pesticides toxiques tout en augmentant leurs rendements et leurs revenus et en diversifiant les systemes culturels.


Quelque 100 000 agriculteurs au Benin, au Burkina Faso, au Mali et au Senegal participent a ce projet au niveau communautaire execute par la FAO et baptise Programme de gestion integree de la production et des depredateurs en Afrique de l'Ouest.

Travaillant en groupes restreints dans le cadre d'ecoles pratiques d'agriculture de terrain (encore appelees fermes-ecoles ou Farmer Field Schools, ndlr), ces petits paysans developpent et adoptent les bonnes pratiques agricoles par l'apprentissage et l'experience sur le terrain.
Pour faire pousser des cultures saines, le Programme de gestion integree de la production et des depredateurs promeut l'amelioration des sols et des alternatives aux pesticides chimiques, notamment l'utilisation d'insectes predateurs des nuisibles, le choix de varietes adaptees, l'epandage de pesticides naturels et l'adoption de certaines pratiques culturales. Les problemes de commercialisation et de securite alimentaire font egalement partie du Programme.
"En Afrique de l'Ouest, la tendance au cours des dernieres decennies etait a l'utilisation accrue de pesticides hautement toxiques pour les cultures a haute valeur et frequemment irriguees. Il y a un manque general de connaissance des effets negatifs des pesticides sur la production, l'economie et la sante des communautes ainsi que sur l'environnement", affirme l'expert de la FAO William Settle.
"De simples experiences sur le terrain, a l'instar de celles qui sont pratiquees dans les ecoles pratiques d'agriculture de terrain, ont dote les petits exploitants agricoles des moyens de produire d'une maniere plus respectueuse de l'environnement tout en ameliorant leurs rendements et leurs revenus", ajoute M. Settle.

"La formation au niveau communautaire est la cle de l'intensification durable de la production vivriere. Elle contribue a l'amelioration de la securite alimentaire et des moyens d'existence dans la region. Ce faisant, elle represente une etape importante vers la realisation du premier Objectif du millenaire pour le developpement, a savoir la reduction de la faim et de la pauvrete."


Recherche collective d'alternatives
Exemple typique : un groupe d'environ 25 agriculteurs travaillant sous la coordination d'un formateur prepare deux parcelles de formation dans le village. Sur l'une des parcelles, les agriculteurs utilisent les methodes locales de l'agriculture conventionnelle, alors que sur l'autre ils utilisent les meilleures pratiques appropriees pour la culture et son emplacement, basees sur la gestion integree de la production et des depredateurs. Ainsi, ils peuvent observer et comparer les resultats obtenus sur les deux parcelles.


Plus de 2 000 formateurs provenant de plusieurs administrations locales, du secteur prive et d'organisations de la societe civile ont recu une formation pour aider les agriculteurs a mettre en œuvre des methodes d'agriculture durable.

Au Mali, une enquete menee dans 65 villages de planteurs de coton, qui avaient ete formes en 2007-08, a montre une reduction de 94 pour cent de l'utilisation des pesticides chimiques et une augmentation de 400 pour cent de l'utilisation des matieres biologiques comme le compost et le fumier, des substances qui peuvent inverser le declin de la fertilite des sols.

Au Burkina Faso, la gestion integree de la production et des depredateurs a permis d'accroitre les rendements de 14 a 70 pour cent. Pres de 16 000 planteurs de coton ont ete formes dans le cadre du projet et leur nombre devrait doubler d'ici a fin 2011.

Des chiffres en provenance du Senegal et du Mali montrent des reductions de 90 pour cent de l'utilisation des pesticides chimiques parmi les paysans un a deux ans apres que ces derniers eurent recu une formation. Au Senegal, les agriculteurs ont egalement opte pour l'utilisation de pesticides botaniques et biologiques.
Un des resultats les plus frappants du Programme de gestion integree de la production et des depredateurs est l'utilisation accrue par les agriculteurs de matieres organiques comme le compost ou la paille de riz, indique-t-on a la FAO.

Production durable de coton
Parmi les differentes cultures de la region, la production de coton est celle qui a le pire impact sur l'environnement du fait a la fois de ses effets sur les sols fragiles et de l'utilisation excessive de pesticides.
Le Programme de gestion integree de la production et des depredateurs œuvre avec les agriculteurs en vue d'intensifier durablement la production de coton en dopant les rendements grace a l'application de compost, la plantation de legumineuses de couverture et l'utilisation de semences ameliorees et de techniques pointues de gestion des plantes. Les agriculteurs diversifient l'utilisation de cereales et de cultures qui ameliorent les sols (legumineuses et fourrage). Et celles-ci servent a nourrir le betail ou peuvent etre ecoulees sur le marche local.
Cette annee le Programme de gestion integree de la production et des depredateurs commence egalement a surveiller les niveaux de residus de pesticides dans des echantillons d'eau preleves en de nombreux endroits dans six pays d'Afrique de l'Ouest le long des fleuves Niger et Senegal. Il œuvre en partenariat avec l'Oregon State University (Etats-Unis) pour former les techniciens des laboratoires locaux afin qu'ils puissent detecter les pesticides dans l'eau.

La deuxieme phase du projet d'une valeur de 9,5 millions de dollars au Benin, Burkina Faso, Mali et Senegal est financee par le gouvernement des Pays-Bas. Les retombees economiques couvriront largement les couts du projet tout au long de sa duree de vie, sans parler des benefices non economiques, notamment sur la sante des communautes, l'education et l'environnement.
Des fonds et des partenariats supplementaires sont fournis par la Facilite de l'environnement mondiale (Global Environment Facility - GEF), le PNUE, l'Union europeenne et l'Espagne.

Si les ressources se materialisent, non moins d'un demi million d'agriculteurs pourront etre formes au cours des cinq prochaines annees pour un cout d'environ 30 a 40 millions de dollars, selon la FAO.

http://www.fao.org/news/story/fr/item/48960/icode/






_____________________________________________________________________________________________________________

Aucun commentaire:

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.