Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

jeudi 11 février 2010

le temps des grâces . morte terre?




Libération :
[...] Une savante dialectique de l’ordre et du désordre, du chaos (la forêt préhistorique) et de la discipline (le champ humanisé), se révèle peu à peu dans cette vertigineuse enquête sur le destin de nos sols et de ceux (les paysans) qui en avaient la garde.

L’hybris technique frappe dès les années 50 un monde agricole qui pense pouvoir enfin échapper par le progrès à l’ingratitude d’un sort millénaire de bête de somme. Tracteurs et engrais chimiques décuplent le rendement ; phosphates, insecticides et autres potions magiques font tripler les récoltes.

Mais l’utopie productiviste et sa réalisation subventionnée (la PAC, politique agricole européenne) se paie aujourd’hui au prix fort.

Si l’on écoute les experts interrogés par le cinéaste, quand nous baguenaudons dans nos douces campagnes en humant fleurs et fumier, nous piétinons en fait un cadavre. « Morte Terre » comme dit Murat.

Le bombardement chimique sur un demi-siècle a stérilisé les sols, aboli la tourbe, détruit les équilibres fragiles de l’écosystème.

Résultat : non seulement les paysages deviennent moches mais en plus on mange mal.

Comme dans le Mondovino de Jonathan Nossiter (en 2004), le film plaide pour le respect des spécificités multiples des terroirs français contre des logiques de standardisation qui ne sont même plus rentables.

Bien sûr, le Temps des grâces peut se voir de multiples manières (l’agriculture à la dérive comme symptôme d’un malaise dans la civilisation plus général) ; du moins peut-on dire qu’il possède un dernière partie assez agressive, fiévreuse, à forte capacité d’interpellation des pouvoirs publics et des citoyens.

Le film a donc vocation à être vu mais aussi largement débattu.

Aucun commentaire:

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.