Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

vendredi 29 janvier 2010

BIO:chronique d'une mort annoncée

je rappelle que le bio n'est pas juste un marché,c'est avant tout une éthique,celle de ne pas empoisonner la personne que l'on nourrit.

on a ,depuis quelques années, laissé les rênes du bio aux vautours du capitalisme.

pour moi, le bio c'est la vie,eux ne prospèrent que sur la mort.
le résultat ne se fait pas attendre.

que peuvent faire des gens avec une éthique lorsqu'ils sont sous la coupe de ceux qui ont érigé le cynisme comme valeur ultime de l'homo-capitalistum ?
les bios vont payer leur éthique au prix fort,jusqu'à leur mort.

cet article est un des premiers chapitres de la chronique d'une mort annoncée et,à mon avis, de plus en plus inévitable.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Le bio ne fait plus recette,
Courrier International, 22/01/10
Ezra Fieser, The Christian Science Monitor

L’Amerique latine produit 75 % du cafe bio de la planete. Mais les retombees economiques ne sont pas au rendez-vous. La culture traditionnelle revient, comme le raconte The Christian Science Monitor.

Quelque 200 tonnes de cafe bio dorment dans un entrepot de Guatemala Ciudad, empilees en sacs de 60 kilos. Cela a beau etre l’un des meilleurs cafes du monde, Gerardo de Leon n’arrive pas a le vendre.

“Il est de tres haute qualite, et en plus c’est du bio”, explique le directeur de la FEDECOCAGUA, la plus grande cooperative guatemalteque, qui regroupe 20 000 exploitants. “Mais, en ce moment, les torrefacteurs ne veulent pas payer plus.”

M. de León demande 1,40 euro pour 500 grammes de cafe vert (non brule), soit environ 34 centimes de plus que le cours du jour. Mais il dit qu’il va bientot devoir le vendre au prix du cafe ordinaire.

C’est la raison pour laquelle de nombreux exploitants d’Amerique centrale commencent a renoncer au cafe bio : ils n’en obtiennent plus de prix preferentiels.

Depuis le Mexique jusqu’au Costa Rica, au moins 10 % des cultivateurs sont revenus a la culture traditionnelle, retrouvant pesticides et engrais chimiques pour accroitre la production. Bien que le bio rapporte encore jusqu’a 25 % de plus que le cafe classique, cette marge ne suffit pas a couvrir les couts de production plus eleves ni a compenser les rendements plus faibles. Les couts des certifications bio, des composts et des pertes dues aux parasites et a d’autres facteurs sont tels que le bio revient environ 15 % plus cher a produire que les cultures traditionnelles. L’utilisation d’engrais chimiques permet aux agriculteurs de produire environ 880 kilos de cafe a l’hectare, contre 520 kilos pour la meme superficie dans une exploitation bio. Dans la mesure ou les prix du cafe sont repartis a la hausse apres la baisse des cours au milieu des annees 1990, les producteurs n’ont plus guere de raisons financieres de continuer a cultiver des graines bio.

“Je peux vendre du cafe non bio a un intermediaire pour presque le meme prix que le bio, et je peux utiliser ce que je veux sur les plants de cafe – des engrais, des pesticides”, explique Jose Perez, qui a arrete l’annee derniere de cultiver du cafe bio sur son exploitation de 1,21 hectare. “Du coup, j’en recolte bien plus.”

M. Perez est un bon exemple de ce que Daniele Giovannucci, ancienne consultante en matiere de cafe a la Banque mondiale, appelle les vaines promesses faites aux producteurs. “De nombreux agriculteurs […] se sont vu promettre des avantages economiques par ceux qui voulaient les faire passer au bio, ce qui etait une tres mauvaise idee, ecrit-elle. Resultat, ils sont decus, comme on pouvait s’y attendre.”

Il y a une decennie, lorsque le cafe a atteint son cours plancher, des dizaines de milliers de cultivateurs latino-americains ont commence a planter des produits certifies bio, a l’appel de certaines organisations de developpement. Ils devaient pour cela suivre des regles strictes, prevoyant notamment l’abandon des pesticides et des engrais chimiques pendant trois ans. Une fois passes au bio, les producteurs devaient approvisionner un marche en pleine expansion qui rapportait jusqu’a 40 % de plus que le cafe traditionnel. Par la meme occasion, ils preserveraient leurs terres. Les exploitations classiques epandent pas moins de 45 kilos d’engrais chimiques a l’hectare. Dotees d’une flore abondante, les cultures bio piegent davantage de CO2 que les exploitations classiques, un atout pour une culture menacee par le changement climatique.
Toutefois, les agriculteurs n’obtenaient la certification qu’au bout de trois ans, si bien qu’ils devaient prendre a leur charge les surcouts pendant cette periode.

Des lors, beaucoup d’entre eux se sont endettes et abandonnent maintenant l’agriculture bio.

“Quand vous etes une petite structure, comme nous le sommes, il est deja difficile de survivre face aux gros exploitants. Alors, quand vous perdez des membres, la situation devient critique”, assure Marvin López, directeur d’une cooperative de producteurs bio du Guatemala, qui a perdu l’an dernier la moitie de ses quelque 380 adherents.
“Je recois tous les jours des appels d’acheteurs des Etats-Unis, qui me demandent si j’ai du bio a vendre”, explique de León, montrant du doigt un courrier avec offre d’achat a 1 euro les 500 grammes. “Puis je leur annonce mon prix : 1,40 euro le demi-kilo… et le cafe ne quitte pas l’entrepot.”
------------
Reperes
L’abandon de la culture de cafe bio va rendre celui-ci plus difficile a trouver pour les consommateurs. “C’est d’autant plus regrettable que le cafe bio commencait a se democratiser”, assure Jeremy Haggar, du Centre de recherche et d’enseignement d’agronomie tropicale du Costa Rica (CATIE). “Les prix vont augmenter et le cafe bio redeviendra un produit de luxe.” Proposes sous des marques “vertes”, les cafes bio etaient recemment devenus meilleur marche et plus largement accessibles. L’annee derniere, les ventes en Amerique du Nord ont atteint le chiffre record de 920 millions d’euros, une hausse de 13 % par rapport a 2007. Pourtant, Starbucks, la plus grande chaine de cafes de la planete, assure que la part du bio dans ses ventes de cafes est seulement de 3 % en raison des quantites limitees disponibles dans le monde et des contraintes du systeme de certification bio pour les exploitants.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour compatriote Franc,
Avez-vous compris, que le hongrois sarkozy, est en train de créer VOLONTAIREMENT le mécontentement, jusqu'à l'émeute et la GUERRE CIVILE, pour ensuite, demander aux ALLEMANDS, de rétablir l'ordre ? Ainsi, ce que les allemands n'ont pas réussi à faire avec deux guerres mondiales ; ils vont le réussir avec le vice et la fourberie d'un hongrois ! :-o(
- Soit : prendre le contrôle du pays ; et pas pour le bien de nos compatriotes ! :-o)
N'oubliez pas, que la hongrie, a été l'alliée de l'allemagne, en 14-18 et en 39-45 ! :-o(
C'est la première fois depuis Vercingétorix (72-46 av. J.-C.), que notre FRANCE est gouvernée par un ressortissant d'un pays allié d'ennemi, responsable de la mort D'UN MILLION NEUF CENT TRENTE CINQ MILLE compatriotes ! (TOTAL des victimes françaises des deux guerres) :-o(
sarkozy ne veut pas le bien du peuple Franc ; il a placé ses pions un peu partout dans des postes-clef (dont une arabe, ministre de la justice, comme un camouflet à la FRANCE de l'honneur -le compétent Wanadoo qui est devenu l'incompétent Orange - etc.etc.), qui ont pour mission, de DESTABILISER le pays, créer le mécontentement dans tous les domaines jusqu'à la GUERRE CIVILE ! :-o(
Et vous le savez ; dans une guerre civile, ce sont TOUJOURS les plus utiles et compétents, qui sont exécutés les premiers ! :-o(
Le temps n'est plus aux discours mais à L'ACTION DIRECTE ! Car en 14-18, comme en 39-45 : l'ennemi était reconnaissable !
- En 853, notre roi Charles le chauve (823-877), avait fait reconstruire les vieux manoirs, redresser leurs fortifications et en ériger de nouvelles, pour faire cesser les invasions des pilleurs HONGROIS !
- En 1895, les responsables français acquirent la certitude, que le SEUL responsable de l'affaire Dreyfus, était l'officier Esterhazy d'origine HONGROISE !
LA FRANCE AUX FRANCAIS SARKOZY AUX HONGROIS ! :-o)
Un Franc franc !

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.