Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

lundi 21 mars 2011

l principe de responsabilité de la science et des politiques

Paul Virilio : "Notre puissance se retourne contre nous",

Sciences et Avenir, 17/03/11, 09:31
Propos recueillis par Dominique Leglu, Sciences et Avenir.fr

Denonciateur de «l’idolatrie du progres», auteur fameux de Vitesse et politique ou Ville panique, Paul Virilio est un ardent defenseur d’un principe de responsabilite de la science.

Sciences et Avenir qui l’avait interviewe en janvier (lire n° 767, pp. 44-47) a voulu le faire reagir sur la catastrophe nucleaire qui se deroule actuellement au Japon.

Sciences et Avenir : Que vous inspirent les evenements dramatiques du Japon, et notamment ceux de la centrale nucleaire de Fukushima ?
Paul Virilio : Cela illustre la phrase de Winston Churchill : « Nous sommes entres dans l’ere des consequences ». Etant donne les consequences de certaines technologies, est-ce que les scientifiques ne devraient pas se poser la question de l’accident majeur ? Et cette politique est-elle possible ? Tchernobyl, rappelez-vous, a fait a sa maniere imploser l’URSS car il n’y a pas eu que des raisons politiques. Lors de mon exposition intitulee « Ce qui arrive » a la Fondation Cartier sur l’accident en 2003, j’avais invite Svetlana Alexievitch [auteur de La Supplication - Tchernobyl, chronique du monde apres l'apocalypse (1997), roman qui a recu de nombreux prix prestigieux, NDLR], cela me semblait tout a fait evident. Or, il n’y a pas de science de l’accident. La discipline qu’on nomme «accidentologie» est une plaisanterie.

Et la, l’accident recommence ?
Oui, mais il va etre plus important que Tchernobyl, vu ses consequences et l’etat du monde. C’est le propre de la mondialisation, on est au debut des grandes questions. Il y aura des consequences sanitaires, environnementales, politiques, financieres, economiques et energetiques. Au sens ou l’energie est un phenomene politique majeur. Mais quelle est cette politique-la ? Ce doit etre une politique de l’accident et pas simplement celle de la reussite.
L’accident ici nous depasse. Nous assistons a ce que j’appelle des evenements « revelationnaires » : ils revelent ce que nous ne maîtrisons pas. La notion de progres sert a nier cela, puisque dire « progres » c’est dire que c’est mieux. Or, la reussite devient catastrophique, c’est inoui.

Et la, on assiste en direct a cette catastrophe –meme si bien des choses ne nous sont pas montrees ?
Oui, c’est instantane. Et cela aussi, c’est un accident. La transparence absolue, l’instantaneite, posent des questions non resolues. Einstein, que l’abbe Pierre avait voulu rencontrer avant sa mort, lui avait dit : « Il y a trois bombes. La bombe atomique, la bombe demographique et la bombe de l’information». Je l’ai rebaptisee bombe informatique, d’un mot qui n’existait pas du temps d’Einstein. Cette bombe informatique, elle explose aujourd’hui tous les jours – que ce soit a propos de ce qui se deroule dans les pays arabes ou de cet evenement majeur au Japon, instantanement repercute. C’est une periode extraordinaire qui meriterait une intelligence scientifique et politique pour la penser, intelligence qui fait defaut. On a le principe de precaution mais on n’a pas le principe scientifique de responsabilite. Je ne peux m’empecher de penser ici a la phrase de Robert Oppenheimer [qui a dirige le « projet Manhattan » de construction de la bombe atomique des 1942, NDLR] pour qui les physiciens ont commis le peche scientifique (1). Les savants atomistes etaient conscients d’avoir mis le pied en dehors du cercle sacre.

Quelle est la difference entre Hiroshima et Fukushima ?
Hiroshima, c’etait un evenement sans reference. Avec Fukushima, on se pose LA grande question : quelle est cette energie qui commence par une bombe et se termine, apres Three Mile Island et Tchernobyl par la deflagration d’une centrale. Notre puissance se retourne contre nous.


(1) La phrase originelle est « the physicists have known sin »

http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/fondamental/20110317.OBS9816/notre-puissance-se-retourne-contre-nous.html

Aucun commentaire:

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.