Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

mercredi 23 mars 2011

wikileaks,monsanto et les cancers:l'histoire de l'argent contre les populations

Argentine. L’ambassade americaine a la rescousse du Roundup,
Greenetvert, 18/03/11

Suite a plusieurs rapports des autorites sanitaires provinciales signalant une recrudescence de cas de cancers infantiles et de malformations des nouveau-nes, la presidente argentine Cristina Fernandez de Kirchner ordonnait debut 2009 au Ministere de la Sante une evaluation des risques sanitaires lies a l’utilisation du glyphosate, le principal composant du pesticide Roundup.
Ces travaux, toujours en cours a l’heure actuelle, ont ete confies a un toxicologue renomme de l’Universite de Buenos Aires (UBA), Andres Carrasco.

Le lobbying americain ne s’est pas fait attendre. Six mois plus tard, l’ambassade des Etats-Unis decidait de presenter des etudes favorables au Roundup devant la Senasa, le service sanitaire agroalimentaire argentin. Dans un cable devoile par Wikileaks, les fonctionnaires americains s’en prennent aux travaux de Carrasco, qualifies de ‘scientifiquement non credibles’.
Travaux pourtant publies sur dix pages en aout dernier dans la revue specialisee Chemical Research in Toxicology (une reference du milieu), et comprenant toutes les donnees necessaires pour etre analyses par la communaute scientifique.
Mais les veritables raisons de la campagne de discreditation menee par l’ambassade americaine apparaissent clairement a la lecture du cable :
« Le glyphosate est le composant actif du pesticide Roundup. Monsanto possede la principale part de marche du glyphosate en Argentine avec 40%, et sera donc la victime principale, la plus vulnerable aux attaques. […] »
« Le departement d’Agriculture de l’ambassade a presente a la Senasa des informations concernant des etudes menees sur le glyphosate, communement utilise aux Etats-Unis ainsi que dans le cadre du programme d’eradication des cultures de coca du Plan Colombie. »
Le cable s’abstient toutefois de mentionner les etudes portant sur la toxicite du glyphosate realisees par l’Universite de Caen, par la Station biologique du CNRS de Roscoff, par l’Universite de Pittsburgh, par l’Universite Nationale de Rosario ou encore par l’Universite du Littoral, pourtant citees dans un article portant sur les travaux d’Andres Carrasco.

Quant a l’analogie entre l’utilisation faite aux Etats-Unis du produit et son emploi en Colombie, la chimiste colombienne Elsa Nivia y voit une aberration totale. La scientifique explique que l’evaluation des risques en conditions d’utilisation normale n’est absolument pas applicable dans son pays, puisque les cultures de coca sont aspergees avec des produits dont la concentration est jusqu’a 26 fois superieure a celle recommandee, et qui contiennent en outre un surfactant nomme Cosmo-Flux 411F, capable de multiplier par quatre l’action biologique du Roundup.
Les plaintes repetees du gouvernement equatorien, soucieux de proteger sa population, ont d’ailleurs oblige la Colombie a suspendre ses epandages de glyphosate a la frontiere avec ce pays.
En Argentine, un rapport de la Commission Provinciale d’Investigation des Contaminants de l’Eau revelait qu’au cours des dix dernieres annees, dans la localite de Leonesa, les cas de cancer chez les enfants de moins de 15 ans avaient triple, tandis que les cas de malformations chez les nouveau-nes avaient quadruple. Une augmentation des pathologies qui correspond au developpement d’immenses rizieres, cultivees a grand renfort de Roundup.

Les scientifiques et les ecologistes n’ont eu de cesse de denoncer le manque de reaction flagrant de la province du Chaco face a cette menace sanitaire, que l’on comprend mieux a la lumiere d’un autre cable devoile par Wikileaks. Celui-ci fait suite a la visite a l’ambassade americaine de Juan Ferreyra, le president de Monsanto Argentine :
« Ferreyra a declare que Monsanto avait entame un dialogue interessant avec des producteurs de coton pour etendre l’utilisation du bt cotton (un coton OGM) […] »
« Monsanto a signe un accord de cooperation avec le gouverneur du Chaco […] qui s’est montre tres enthousiaste a l’idee de travailler avec Monsanto pour ameliorer et developper la production locale de coton. »
Source : pagina12.com.ar

http://www.greenetvert.fr/2011/03/18/l’ambassade-americaine-a-la-rescousse-du-roundup/14486

1 commentaire:

Anonyme a dit…

"Monsanto (...) serait la principale victime"

Voilà bien une victime qu'on ne pleurerait pas, pour une fois !

Merci pour ces informations !

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.