Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

mardi 1 juillet 2008

réclamer l'interdiction de vente des pesticides indétectables dans la nourriture

alors que ça devrait être une simple mesure de bon-sens,cette demande légitime sonne comme une UTOPIE.
quel monde créons nous pour nos enfants ?

QUI décide que l'argent gagné par les pollueurs est plus légitime que la santé des consommateurs?

si ce sont NOS représentants,il y a des questions à se poser sur LA LEGITIMITE DE NOS REPRESENTANTS et plus généralement sur LE TYPE DE SOCIETE basé sur l'argent et l'accaparement par certains de toutes les richesses.
-------------------------------------------------------------------------------------------------

Pesticides : la liste noire de Greenpeace, Novethic, 20/06/08
Rouba Naaman

Apres avoir dresse la liste des pesticides dangereux utilises dans le monde, Greenpeace passe au crible les 5 principales entreprises productrices de phytosanitaires. Aucune n’evite les critiques, et toutes sont accusees de mettre gravement en danger la sante des populations et celle de l’environnement.
L’ONG reclame une demarche forte de l’Union europeenne pour limiter l’impunite des multinationales.

« Les portefeuilles sales de l’industrie des pesticides ».

Des le titre de son rapport, Greenpeace accuse, et son plaidoyer est plutot inquietant.
L’ONG environnementale a examine les produits phytosanitaires proposes par les entreprises leaders du secteur : les Allemands Bayer Crop Science et BASF, les Americains Dow Agro-Science et Monsanto, et le Suisse Syngenta, qui a eux cinq representent les trois quarts du marche des pesticides.

Le rapport est accablant pour la filiere et alarmant pour les consommateurs du monde entier.

En janvier 2008, Greenpeace sort un rapport intitule « Black list of pesticides ».
Cette liste noire des pesticides recense les produits phytosanitaires qui menacent la sante et l’environnement.
Selon ce texte, 170 pesticides utilises dans l’Union europeenne et 327 utilises dans le monde sont dangereux pour la sante humaine.

Greenpeace demande alors que ces substances soient progressivement interdites.

Elle publie ensuite la liste des pesticides pour lesquels la toxicite ne peut etre ni confirmee ni infirmee, faute d’information publique suffisante.
Ce rapport, familierement denomme « Yellow list », n’indique certes pas de dangerosite averee, mais temoigne du secret, pretendu industriel, qui regne sur les produits phytosanitaires.


En publiant mi-juin le 1e classement au monde des principales compagnies productrices de pesticides, la section allemande de l’ONG a donne le coup de grace a la filiere.
Basee sur les risques et les effets de ces pesticides sur l’organisme et l’environnement, l’etude a considere 512 substances, et litteralement compte les points : 2 points si le produit appartient a la Black list, 1 s’il appartient a la Yellow list, ou s’il ne peut etre detecte dans l’alimentation.
Le total, deja peu glorieux, a ete reevalue selon les parts de marche de l’entreprise.
Le rapport conclut a de grandes differences entre les impacts sur la sante et l’environnement des 5 multinationales etudiees.

Toutes categories confondues, Monsanto reste le « leader » du toxique, mais, au final, les cinq firmes sont sur le banc des accuses.

Un tiers des pesticides sur le marche sont dangereux

Pres de la moitie des pesticides produits par les societes etudiees font partie de la Black list. Il s’agit principalement d’insecticides.
Autrement dit, plus d’un tiers des phytosanitaires mis sur le marche mondial presentent un risque pour la sante humaine et pour l’environnement.
Monsanto propose moins de principes actifs que ses concurrents, mais ils font tres largement partie de la liste noire. 60% des 15 produits vendus par Monsanto sont dangereux, contre 53% pour Bayer (163 substances), 48% pour BASF (45), et 39% pour Dow (29) et Syngenta (69). En parts de marche, Bayer et Syngenta sont les entreprises qui vendent le plus de substances dangereuses pour la sante humaine.

En moyenne, seuls 16% des pesticides produits par ces cinq entreprises, Monsanto en tete, font partie de la Yellow list.
Monsanto est egalement l’entreprise qui propose le plus de pesticides non detectables (75%, contre 50% chez Dow).

Ces substances, qui ne peuvent etre detectees dans la nourriture, faute de moyens scientifiques adequats, posent le probleme du principe de precaution.

Greenpeace reclame un suivi, du producteur aux assiettes, de la presence de pesticides dans l’alimentation, et demande qu’aucun pesticide indetectable ne soit autorise.

Elle interpelle egalement les « acteurs impliques dans le secteur alimentaire doivent remplacer les pesticides de la Black list par d’autres substances ».

L’Europe doit legiferer
L’ONG formule par ailleurs plusieurs recommandations a l’Union europeenne.
Outre une aide a la recherche de substituts aux substances dangereuses, elle propose la validation systematique des pesticides avant leur mise sur le marche.
Appel presque entendu par les ambassadeurs europeens, qui ont decide la revision des lois en vigueur sur les pesticides.
Les ministres de l’agriculture de l’Union devraient ainsi debattre lundi 23 juin de la possibilite de reduire le nombre des produits phytosanitaires autorises.
En parallele, le parlement europeen a annonce que 33 polluants, dont de nombreux pesticides, seraient soumis a des normes de qualite environnementale d’ici 2018.

Une echeance qui parait bien lointaine, et qui ne risque pas de porter atteinte a l’economie du secteur :
les 5 entreprises leaders ont realise 18,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur les pesticides en 2007.

Voir aussi : Le rapport de Greenpeace « The dirty portfolios of the pesticides industry » (en anglais)
<http://www.novethic.fr/novethic/site/article/index.jsp?id=116696&titre=Pesticides%20:%20la%20liste%20noire%20de%20Greenpeace>

-------------------------------------------------------------------------------------------------

je crois qu'il est important de recaser cet article dans son contexte.

grennpeace fait un travail intéressant mais en ne s'occupant que de l'agriculture des pays riches où vivent ses donateurs,elle fait une grave erreur de stratégie car ,au final,elle ne contrera rien.

je tiens à rappeler,pour ceux qui n'ont pas suivi le blog que l'industrie des pesticides a bien compris qu'en Europe et aux états unis elle va être obligée de lacher du lest,alors

sa stratégie a changé:

elle est en train de mettre en place,avec l'aide de la FAO,Jacques Diouf,Kofi Annan,le FMI,le G8, une pseudo "REVOLUTION VERTE" en Afrique dont le but est d'imposer l'utilisation de pesticides et d'OGM sur toutes les terres cultivables du continent.

grace à la main-d'oeuvre pas chère et à la terre pas chère,les produits OGM et pleins de pesticides déferleront ensuite sur le marché Européen au nom de la libre concurence.
et on finira de toutes façons par les bouffer,même dans nos pays riches.
c'est quasi imparable si on n'arrête pas le processus à la source.


la clé de cette stratégie,pour l'instant,ce sont des institutions internationales et des politiciens achetés par les fondations GATES et ROCKEFELLER,
des politiciens qui n'hésitent pas à se servir de l'arme de la FAIM pour arriver à leurs FINS.

c'est eux qu'il faut bloquer en dénonçant leurs pratiques et leurs buts.

1 commentaire:

Little*s a dit…

waouh il est compact ton blog. Plein de choses à lire et intéressantes en plus . Il faudra que je revienne dès que j'ai un peu plus de temps. J'espère que tu t'accroches dans ton métier d'éleveur ;-) de framboises bio ! a+

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.