Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

lundi 6 juillet 2009

comment la F A O va assassiner l'afrique avec ses engrais et ses pesticides

Vers la conversion de 400 millions d’hectares de savane en terre agricole,

Univers Nature, 22/06/09
Alex Belvoit

Sur les 600 millions d’hectares de savane guineenne, allant du Senegal jusqu’a l’Afrique du Sud, seuls 10 % sont actuellement cultives. Or, a l’heure ou la planete vient de franchir le milliard d’individus ne mangeant pas a sa faim, selon la FAO et la Banque Mondiale environ 400 millions d’hectares de cet espace conviendraient a une exploitation agricole.
Pourtant, les cycles de pluie abondants et imprevisibles, les sols pauvres enclins a l’acidite et aux toxines de cette region sont tres eloignes de la definition que l’on peut se faire d’une terre agricole. Un point dont sont conscientes les autorites, mais qui doit pouvoir etre depasse en tirant "des lecons de la masse d’experiences accumulees par differents pays". De meme, pour les deux organismes internationaux, au regard des experiences thailandaises et bresiliennes, l’exploitation de cette vaste bande de savane, qui traverse 25 pays, doit etre conduite par les petits exploitants agricoles pour eviter ce qui s’est produit au Bresil (exploitations enormes dirigees par de riches fermiers generant de nombreux conflits locaux et une acceleration de la pauvrete/malnutrition).

Michael Morris, eminent economiste agricole aupres de la Banque mondiale, a Madagascar, n’hesite d’ailleurs pas a ajouter a ce sujet que "La production mecanisee a grande echelle n’offre pas d’avantages evidents en ce qui concerne les couts, sauf dans certaines circonstances specifiques, et elle conduirait plutot a des conflits sociaux".

Une telle conversion a l’agriculture, sur une grande echelle, de la savane guineenne ne serait pas sans entrainer un impact considerable sur l’environnement regional. A la lumiere des experiences passees, la destruction des ecosystemes et l’utilisation excessive d’engrais et de pesticides sont les principaux maux a en attendre.

Conscient de ce risque, Guy Evers, chef du Service Afrique au Centre d’investissement de la FAO, estime qu’en "cas d’intensification de l’agriculture, les gouvernements doivent prendre soin d’en surveiller les effets sur l’environnement et mettre en place des mesures pour reduire ou eviter les degats."

Une petite phrase que l’on peut interpreter comme : nous initions le processus de conversion et vous vous débrouillez avec ses consequences !
<http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3810>

Aucun commentaire:

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.