Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

lundi 26 octobre 2009

moins d'un portable sur 10 recyclé

Recyclage des portables : l’embarras du choix, Terra Economica, 21/10/09
Julien Vinzent

En quelques mois, les initiatives visant a donner une seconde vie aux telephones mobiles se sont multipliees. Ecologique, social, caritatif et financier : les acteurs rivalisent d’arguments.
Debut octobre, une petite start-up francaise de l’univers du mobile faisait parler d’elle en remportant le Grand Prix Medicis 2009 des micro-entreprises. Elle ne cree pas d’application pour iPhone, n’est pas a l’origine du dernier reseau social tendance et ne propose pas de forfait a des prix imbattables. Non, MonExTel recupere des telephones d’occasion sur internet... L’idee est simple : financer des associations grace a votre "ex" telephone. En quelque clics, le site vous indique le montant du don qui sera reverse puis vous propose de choisir une cause qui vous tient a cœur, avant de vous fournir une etiquette pre-affranchie, synonyme d’envoi gratuit.

Moins d’un portable sur dix recyclé


"Je sortais d’une mission d’un an avec Benoit Varin (l’un des fondateurs, ndlr) sur le reemploi et le recyclage des dechets d’equipements electriques et electroniques (D3E) dans les pays du Sud. Avant d’aller monter un projet a l’etranger, on s’est dit qu’il fallait regarder ce qui se faisait en France. Or, malgre les solutions qui existent deja, aupres des operateurs notamment, on a constate qu’il y a un taux de reemploi tres bas", raconte Pierre-Etienne Roinat , president de MonExTel. Et pour cause : seulement 9% des Francais recyclent leur ancien portable, selon un sondage TNS Sofres realise en 2008 pour l’association francaise des operateurs mobiles (AFOM). D’ailleurs, plus d’un sur deux avoue ne pas savoir comment s’y prendre...

"On s’est dit qu’il fallait proposer un moyen facile, gratuit et incitatif", poursuit Pierre-Etienne Roinat. Une methode baptisee "re-commerce". "C’est l’e-commerce inverse, necessaire dans un monde ou le reemploi est appele a devenir systematique. Jusqu’a present il n’y avait pas d’outil qui permette de se debarrasser d’un produit aussi simplement qu’on le commande sur e-bay", explique-t-il.


Un cheque ou un don
Il en existe maintenant deux. Car, dans la foulee du lancement de MonExTel en septembre, Regenersis, le leader du marche, s’est mis au gout du jour. Seule difference apparente : son site foneback.fr vous laisse le choix : soutenir le Telethon ou garder l’argent. "L’axe environnemental (voir ci-dessous) a lui seul ne suffit pas pour generer des retours importants. Il faut une dimension caritative ou financiere", justifie Jean-Lionel Laccourreye, directeur France du groupe.
Pour se demarquer, Jean-Lionel Laccourreye insiste sur la "legitimite" de l’offre de Regenersis, qui a pris en charge deux millions de telephones en 2008 : "les autres acteurs du marche, on les a vu naitre. Ce service est une evolution naturelle de ce que l’on propose depuis 2001. Par exemple, notre partenariat avec le Telethon a commence en 2005", rappelle-t-il. De son cote, MonExTel joue la carte de la souplesse : "n’importe quelle association, de l’ONG internationale a l’association locale, peut rejoindre gratuitement la liste des associations partenaires", affirme le site. Seule condition, etre "en phase avec les valeurs developpement durable".
Filiere d’insertion
Dans les deux cas, une touche sociale vient s’ajouter a l’argumentaire. Ainsi, MonExTel fait appel a un etablissement et service d’aide par le travail (ESAT), qui emploie des personnes handicapees, et Foneback met en avant un accord avec Envie, un reseau d’insertion specialise dans les D3E. Un aspect inevitable, quand l’autre acteur historique de l’activite s’appelle Emmaus, via l’entreprise d’insertion les Ateliers du Bocage (ADB).

Autre constante : la revente des telephones fonctionnels a des personnes a faible pouvoir d’achat. C’est le cas au sein du reseau Emmaus, mais aussi pour MonExTel et Fonebak. "Le marche prioritaire c’est d’abord la France ou il faut reduire la fracture numerique, mais une partie est aussi envoyee a l’international, ou nous imposons aux racheteurs de signer une charte", detaille Pierre-Etienne Roinat.
Mais de ce cote, un probleme subsiste : envoyer les vieux mobiles dans les pays du Sud, n’est-ce pas deplacer le probleme des dechets en prenant le risque qu’ils soient jetes ou recycles dans des conditions pires qu’en France, une fois hors d’usage ? "Nous sommes un peu impuissant face a cela", concede Pierre-Etienne Roinat. Du moins en tant que MonExTel. Au sein de TIC-Ethic, les deux fondateurs entendent continuer leur travail pour "augmenter les capacites de recyclage de ces pays". Ils ont notamment participe a la creation d’un "guide du recyclage des PC", en partenariat avec l’UNESCO et Les Ateliers du Bocage.
Bilan environnemental
Si c’est mieux que de le jeter (ce que font encore 6% des Francais), conserver son vieux portable au fonds d’un tiroir (solution choisie par 42% de nos concitoyens) n’est pas non plus totalement ecolo. Car, si l’on combine cette facheuse habitude avec celle de changer de portable tous les 18 mois, on arrive a un chiffre inquietant : 22 millions de telephones portables sont mis sur le marche chaque annee dans l’Hexagone. Or, la production de cette armada de bijoux technologiques demande l’equivalent d’environ 100 000 tonnes de petrole [1] et rejette presque 220 000 tonnes de CO2 ! Car, dans la vie d’un portable ce n’est pas l’usage ou le transport qui plombe le bilan, mais bien la fabrication.
Pour limiter la facture, deux solutions complementaires. La premiere est d’amortir cette etape en allongeant la duree d’utilisation du mobile, qui peut tenir facilement sept ans. Ceux qui tiennent a s’en debarrasser peuvent toujours le donner a un proche, comme 27% des Francais, ou s’adresser a un des prestataires qui, on l’a vu, ne recyclent que les appareils hors d’usage. Pour la deuxieme, on prend les meme et on recommence puisqu’il s’agit justement du recyclage. Une operation qui permet d’alleger de moitie le bilan en terme d’epuisement des ressources naturelles et de 20% les emissions de gaz a effet de serre.
Les operateurs plafonnent
Et les operateurs dans tout cela ? Ils misent sur les memes ressorts. Orange a lance en juin son programme "Seconde Vie Mobile", qui promet un cheque cadeau de 30 ou 70 euros contre la reprise d’un appareil en etat de marche ainsi que 5 euros reverses a Emmaus International "pour travailler a la collecte et au recyclage des mobiles en fin de vie en Afrique". Plus classique, SFR "reverse l’integralite des benefices" de la collecte aux associations Fondaterra et la Voix de l’enfant. Bouygues a lui abandonne au bout d’un an son operation de reprise des telephones a 10 euros, lancee en mai 2007, pour signer un partenariat avec les Ateliers du Bocage.
Mais le bilan reste en deca des enjeux : 500 000 mobiles collectes en moyenne dans leurs boutiques. Et juin dernier, le Figaro revelait un projet de Jean-Louis Borloo qui aurait pu booster la collecte. Il s’agissait de prelever 5 euros a l’achat puis de les restituer lorsque les usagers ramenent le mobile. Un systeme de consigne auquel le ministere du Developpement durable n’a pour l’instant pas donne suite. Il y a donc encore de place pour les idees neuve sur ce marche du recyclage.
Les sources de cet article :
MonExTel
Les travaux de TIC-Ethic
Foneback
Les Ateliers du Bocage
"Les reflexes verts" d’Orange
L’association francaise des operateurs mobiles
L’analyse de cycle de vie d’un telephone portable
A lire aussi dans Terra eco :
L’objet : le telephone portable
Ello mobile, le cœur sur le combine
Une montre "verte" reliee a un telephone portable
<http://www.planete-terra.fr/Recyclage-des-portables-l-embarras.html>
_____________________________________________________________________________________________________________

1 commentaire:

lou passejaire a dit…

petit bémol sur le réemploi ... en effet, depuis pas mal de temps, les éco-tartuffes ferment les yeux sur l'ambiguité entre produit techno d'occaze et déchet ...

mais une solution bien plus simple serait, tout simplement d'interdire la vente de ce type de matos en dessous de son prix normal, en finir avec les phones à 1 euro et les netbooks à 100 euros ...

ou alors imposer la durabilité de ce genre d'objet

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.