Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

vendredi 20 mai 2011

peuple de gauche violé par DSK et ses acolytes

Moi aussi, je suis une victime de DSK


Un électeur de gauche raconte : il a subi une tournante idéologique

Publié le 18 mai 2011 à 17h00 dans Politique

Après tout, il n’y a pas de raison, moi aussi, je sors du silence. J’ai été violé par Dominique Strauss-Kahn.

D’accord, je ne suis pas une femme, je suis un archétype. Il n’empêche, je ne peux demeurer silencieux plus longtemps. J’ai été violé par les oreilles et par l’esprit. Et ce, depuis des mois, des années et avec la complicité active d’une part des médias et même d’hommes politiques de droite.



Je suis un électeur de gauche. Voilà, c’est dit.

Parfois je suis communiste, parfois je suis écologiste mais le plus souvent je suis socialiste. Par exemple, je pense que le périmètre du marché doit être limité et que l’éducation, la santé, l’énergie, voire une partie du crédit doivent en être exclus. Je suis partisan d’un niveau de protection sociale très élevé qui permettent de réduire les inégalités et de donner aux gens l’impression qu’ils vivent en société et non dans le fameux poulailler libre visité régulièrement par des renards libres.

Il arrive qu’on m’appelle le peuple de gauche, l’appellation a ressurgi avec les célébrations de ce 10 mai 1981 qui semble si lointain aujourd’hui. On se demande où je suis passé. Certains me repèrent dans la foule des abstentionnistes, d’autres m’identifient chez les sympathisants de Marine Le Pen. Et ça ne va pas s’arranger, surtout si la campagne présidentielle se met à ressembler à une série policière du dimanche après-midi, en vertu de la spécialité très américaine qui fait que l’image du réel est plus réelle que le réel – ainsi, en banalisant la torture à l’écran, Jack Bauer a-t-il préparé le public à Guantanamo.



Je vous dois une précision : je suis un électeur de gauche resté à gauche. Un vrai. Pas un adhérent à 20 euros du PS cuvée 2007, quand Ségolène était la candidate favorite de la droite et des sondages.

Et je maintiens mes déclarations. J’ai été violé par DSK. Parfois, il y avait Moscovici avec lui et puis aussi un certain Cambadélis. Un jeune brun aussi s’y mettait, Manuel Valls. Il y en avait un autre, mais comme il trouvait qu’on n’allait pas assez loin avec moi et que ça ne ressemblait pas assez à du porno-gonzo idéologique, il est allé voir en face. Jean-Marie Bockel, il s’appelait. Au moins, il m’a laissé tranquille. Il est allé draguer l’électeur de droite, ce n’est plus mon problème.



En attendant, vous ne pouvez pas vous imaginer ce que j’ai subi comme attouchements législatifs, toutes ces années, avec cette bande de pervers, ces obsédés prêts à toutes les pratiques sociales libérales, sans oublier les privatisations sans vaseline. Et que je te mets la main à l’Etat-Providence, et que je te touche les acquis sociaux, et que je te bascule sur le lit du sécuritarisme, et que du temps de Jospin (qui faisait semblant de ne rien voir), et je te promène mon Comité d’Orientations des Retraites et ma LOLF devant le visage, et que je te fouette à coups de RGPP, ce qui va bien aider les autres à « réformer » comme ils disent ou à te faire bosser sur le trottoir patronal jusqu’à 67 ans et plus.

Cela ne s’est pas passé dans la chambre d’un hôtel new-yorkais, il n’empêche que j’ai été coincé et séquestré – et dans mon cas, il y a des témoins parce que ça s’est passé à l’échelle d’un pays, que dis-je, d’un continent. Et quand, en 2005, j’ai hurlé que ça faisait trop mal et que j’ai dit « non », eh bien DSK et les autres, ils ont fait semblant d’entendre « oui ». D’accord, ce coup-là, ce n’était pas DSK, c’était Sarkozy. Mais ils rigolaient bien, les salauds, de voir ma tête. Quand ils veulent quelque chose, rien ne les arrête.



Le problème, c’est que DSK appartient à mon camp. En théorie tout au moins. Me faire ça à moi, son électeur naturel, c’est quand même scandaleux. Et j’ai dû supporter, moi la victime, d’entendre célébrer sur tous les tons les mérites de mon tortionnaire : « DSK, La meilleure chance de la gauche » par-ci, « DSK, le sauveur du PS » par-là. Qui me croyait, moi, l’électeur de gauche quand je disais qu’il n’était pas ou plus de gauche ?

 On m’accusait de vouloir salir la réputation d’un homme responsable, moderne, bien sous tous rapports et on répétait que c’était moi le pleurnichard archaïque qui ne voulait pas me laisser faire alors que c’était si bon, mais si, mais si, j’allais voir, d’être moderne.



Le pire, avec DSK, c’est que l’on finit par aimer son bourreau. Le syndrome de Stockholm, ça s’appelle. Eh bien oui, j’avoue : malgré les sévices et les humiliations, je m’apprêtais à voter pour lui au second tour de la présidentielle, toute honte bue.

Pour le passé, pour les promesses, pour la gauche dont il m’aurait murmuré le nom à l’oreille, le temps d’une campagne, avant, à peine élu, de recommencer à me la faire à l’envers.

http://www.causeur.fr/moi-aussi-je-suis-une-victime-de-dsk,9963
------------------------------------------------------------------------------------------------------
différence avec moi:je n'aurais jamais voté DSK.

6 commentaires:

lejournaldepersonne a dit…

La lettre violée
Plus de gauche. Ni de droite. Et le centre est toujours nulle part…
ça n’arrange personne. Ça dérange tout le monde. Néanmoins le monde reste petit et les voies très étroites.
On n’a plus besoin de prendre des raccourcis…
l’air du temps, la fin du printemps nous ôtent toute envie de savourer les fruits défendus.
Nous ne serons pas assez mûrs pour les cueillir. Ni suffisamment présents pour les voir fleurir.
Nous avons l’esprit ailleurs… bien ailleurs…
nous sommes en guerre réelle ou virtuelle, orchestrée par notre désir de déguster quelques liqueurs perpétuelles.
Dans notre microcosme franco-français, trois idéologies s’affrontent sans répit.
Des forces occultes qui ont le culte du politique ou qui font du politique leur culte.
Culte du pouvoir associé au pouvoir du culte…
Argent, nation ou religion ne sont rien que les instruments de cette nouvelle volonté de puissance
qui a ses réseaux et ses fuseaux pour faire exploser toutes nos bonnes vieilles mélodies.
Trois idéologies qui dissimulent mal leur profil : le lepénisme, le sionisme et l’intégrisme.
Le premier a été découvert par le second.
Le second est dénoncé par le premier, et à la mi-temps, les deux passent leur colère sur le troisième
qui veut leur faire croire que le jardin lui appartient…
C’est le nouveau triangle des Bermudes !
Je me dis, moi, petite fourmi : l’Eden pourquoi pas… et après ?
Avec cette guerre de Troie, je me retrouve isolée, esseulée et désolée.

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/la-lettre-violee/

Anonyme a dit…

DSK est mort politiquement (lire le très beau post de aiglon su son blog , plein de sagesse et de maturité .
je ne vois pas l'intérêt de chier et de pisser sur son cadavre politique.
Les punition collective étant interdit par la convention des droit de l'homme je ne vois pas en quoi l'électeur socialiste (uniquement second tour) que je suis serait responsable de ses frasque privé qui releve de la justice , point barre.
tu dis "éliminer les socialiste" comment ?? fusillé ? gazé?
PAPOUNET

Anonyme a dit…

.
dsk est mis en cause dans un affaire tres grave , tant qu'il n'est pas jugé il sort bien entendu du champs politique.
en effet nous ne somme ni avocat ni procureur ; le fond de l'affaire n'est donc pas de notre ressort.
le fait de nous immiscer dans ce fait divers nous expose inévitablement au manipulation de la défense de l'accusation , des parti politique , des médiats ou des chacal et vautour politique comment toi .

Anonyme a dit…

les victimes des hommes.
le plus grave dans cette affaire est bien entendu l'agression dont est accusée dsk qui peut bousillé une vie.
Une de mes sœur a été agressé il y a 3 ans pars son propre compagnon qui hum "voulait" et comme elle , hum! ne voulait pas , il lui a cassé 3 coté a coup de chaussure .
Ne pas oublié qu'un femme sur 10 environ sera agressé (souvent sexuellement) par un mec ,souvent insoupçonnable et bon père de famille comme nous 2 .
il faut savoir aussi qu'en France la majorité des incarcération le sont pour des délit sexuelle.
Que dire aussi d'un sondage très sérieux de libé l'été dernier qui montrait que 30% des rapport sexuel des femme de plus de 40 ans n'était pas vraiment consentit par la femme. Mais soumise a des chantages affectifs (violence mentale caractérisé par la loi) de leur conjoint , elle font l'amour sans en avoir envie et même parfois avec dégout.
ça devrait faire réfléchir les homme que nous sommes.
papounet

Anonyme a dit…

sexualité , pathologie et justice.
Je n'ai quasiment rien entendue depuis l'affaire DSK sur les pathologie du comportement sexuelle.
Pourtant médicalement parlant, une agression sexuelle est classé dans les perversions sexuel , Relativement facilement soignable par voie médicamenteuse et par psychothérapie .
le taux de récidive étant inférieur a 2 %.
Certain pays nordique n'emprisonne pas en cas d'agression sexuel , il se sont aperçut que ça ne servait strictement a rien.
il Y a procès bien entendu , pour vérifié si les fait sont exact .
s'il le sont , indemnisation de la victime ,puis isolement du condamné dans des centre ouvert réservé au délit sexuel (il y en a un en expérimentation en...corse) avec injonction de soins.
ça m'a l air beaucoup plus intelligent que ta justice personnel basé sur le lynchage morale de la personne mise en cause.
papounet

paysan bio a dit…

bonjour,

j'aime beaucoup le texte sur la lettre violée.
je suis d'accord sur ces idéologies,mais je crois qu'il y a en plus une idéologie de classe avec des gens qui spolient le pouvoir au nom d'intérêts de classe.

pour Papounet,
je ne tire pas sur l'ambulance:
regarde les dates des articles.la plupart de ceux qui concernent DSK sont antérieurs au 15 mai.

je suis allé voir sur le blog d'aiglon.
Cet enfoiré a toujours défendu la thèse qu'une élite pourie de fric est plus représentante des pauvres que des gens issus de cette classe.
Cet enfoiré a toujours prétendu que tous les moyens étaient bons pour atteindre le pouvoir.
c'est con,les salauds de pauvres ne pensaient pas comme eux,ils mordent la main de ceux qui les nourissent pensait-il.
du coup,nouvelle thèse de Terra Nova:ne nous occupons plus des pauvres,en adoptant des thèses de droite,on peut gagner des voix et comme le choix en face c'est sarko,ils finiront bien par voter pour nous faute de choix.
il suffit de leur enlever des choix en magouillant avec Hulot et compagnie.

Si Catherine n'avait pas laissé un mot de soutien à Aiglon,il aurait eu le droit à ses quatre vérités.

Je pense sinsèrement que Catherine est victime du syndrome de Stockolm et je ne souhaite pas lui faire plus de mal.

Eliminer les socialistes exactement comme ils l'ont fait pour tous les représentants des classes populaires de gauche .
les socialistes sont des gens de droite qui se sont dits de gauche et qui ont viré les vrais gens de gauche.

Ce sont des usurpateurs,pour les éliminer,il suffit de dire la vérité,de faire un peu d'éducation populaire face à leur COM PUBLICITAIRE et mensongère.
les socialistes étaient prêts à mettre un violeur en série à la tête de la France.pour un parti qui se prétend de pouvoir et responsable,c'est une ENORME ERREUR.

Il est impossible que les gens fassent confiance à une telle MAFIA maintenant qu'on sait jusqu'à où ils sont prêts à aller pour avoir le pouvoir.

inutile de les gazer,ils se sont déjà étouffés eux-même avec leurs mensoges.

pascal

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.