Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

dimanche 15 mai 2011

politique de DSK :tout pour les classes moyennes supérieures:la redistribution est dépassée

l'économiste DSK par Jean Gadrey


LE PROFIL D’ECONOMISTE DE DSK


Parmi les personnalités susceptibles d’accéder à la Présidence de la République, l’un est économiste et financier

de profession. D’abord professeur d’économie, ensuite Président de la commission des finances en 1988, puis

Ministre de l’industrie en 1991, avocat d’affaires en 1993, Ministre de l’économie et des finances en 1997, et

enfin Directeur général depuis 2007 de la plus grande institution financière internationale. Il est donc

particulièrement légitime de s’intéresser à ses options économiques, sur la base de sources fiables, dont son livre

de 2002 « La flamme et la cendre » (Grasset) sur lequel je m’appuierai à titre principal. DSK n’a pas publié de

livre depuis 2002. Dans le prochain, qui ne devrait guère tarder (?), il sera temps de repérer des évolutions…

LES CONCEPTS FONDAMENTAUX EN ÉCONOMIE

Je me limiterai à quelques rubriques : les sources de la richesse, la croissance et l’écologie, la redistribution et la

fiscalité, les marchés financiers, les privatisations, les retraites et les fonds de pension. Mais je commencerai –

pour situer les références théoriques de DSK - par le support écrit de son cours sur les « concepts fondamentaux

de l’analyse économique » à Sciences Po en 2002-2003, fichier pdf téléchargeable via ce lien.

http://www.univlille1.fr/bustl-grisemine/pdf/cours-td/G2002-218.pdf


Ce document de 128 pages est une collection de citations de grands économistes du passé, mais accompagnée de

transparents et graphiques du cours proprement dit. Ce sont pratiquement TOUS des illustrations, pour chaque

chapitre, de l’analyse néoclassique traditionnelle : l’offre, la demande, l’élasticité, les courbes d’indifférence,

l’arbitrage entre travail et loisir, le revenu permanent, les fonctions de coûts, la maximisation du profit, le

monopole maximisant son profit, les inconvénients du monopole et les avantages de la libre concurrence, etc.

Autant de choses que reconnaîtront aisément ceux qui ont fait une ou deux années de fac d’économie, et que tous

les autres assimileront à juste titre au fameux « autisme » dénoncé depuis longtemps par les étudiants.

On trouve un à deux pourcents du total consacrés à Keynes (à la sauce néoclassique), rien sur Marx, aucune

référence aux écoles hétérodoxes contemporaines. C’est de l’orthodoxie plein pot. Tous ceux qui sont attachés

au pluralisme des « concepts fondamentaux en économie » trouveront là matière à réflexion.

LA RICHESSE, C’EST D’ABORD L’INDUSTRIE

DSK écrivait en 1998 dans Le Monde : « la gauche s’enracine dans une tradition qui est celle de la production.

Notre effort doit se porter d’abord sur la production et, notamment, la production industrielle, sur la création de

vrais emplois qui sont des emplois directement productifs... ».

DSK s’inscrit dans une longue tradition industrialiste initiée par Adam Smith, qui considérait que les services

sont improductifs. Le secteur tertiaire (75 % du PIB aujourd’hui) est, dans cette conception, un secteur plus ou

moins parasitaire ou, dans le meilleur des cas, un « mal nécessaire » dont la progression expliquerait en grande

partie les ralentissements économiques et les crises contemporaines.

Cette préférence pour l’industrie se retrouve notamment dans le fait que DSK a cofondé le « Cercle de

l’Industrie », lobby patronal créé en 1994 avec Raymond Lévy, alors PDG de Renault. Il s'agit d'un cercle

spécialisé dans la défense de l'industrie française à Bruxelles, dont il devient le vice-président et où il côtoie

notamment des industriels comme Louis Schweitzer, futur PDG de Renault, Vincent Bolloré, Alain Lamassoure

(ancien député UDF passé à l'UMP), Benoît Potier (PDG d'Air Liquide) et Maurice Lévy (PDG de Publicis).

Vingt-cinq dirigeants de grandes entreprises françaises sont membres du Cercle de l'industrie, qui existe toujours

aujourd’hui (voir son site).

CROISSANCE ET ÉCOLOGIE

La principale obsession (économique) de DSK c’est la croissance. Dans sa conférence de presse en tant que

patron annoncé du FMI, le 1° octobre 2007, il faisait même de la « promotion de la croissance » la première

priorité du FMI.

Dans son livre, les seules réflexions qu’il consacre à l’écologie, limitée au réchauffement climatique, figurent

dans un plaidoyer (p. 111- 124) en faveur des marchés de droits d’émissions (contre les taxes). Soucieux du sort

des pays pauvres, il proposait que le FMI leur attribue des « droits de polluer spéciaux » (p. 116-117) dont une

partie « pourrait être revendue à des entreprises des pays riches, ce qui fournirait aux pays concernés une

ressource de croissance supplémentaire »… Cela permettrait d’ailleurs aussi aux entreprises du Nord de polluer

plus grâce au rachat de ces indulgences spéciales venues du FMI via le Sud.

Son vibrant plaidoyer pour le nucléaire (« une des rares solutions viables au problème des gaz à effet de serre »)

mérite assurément de figurer dans une plaquette publicitaire d’Areva (membre du cercle de l’industrie). Son


éloge (p. 120) des vertus du Mox, ce mélange (oxyde d’uranium et oxyde de plutonium retraités) qui a fait des


ravages à Fukushima (voir ce lien http://www.reporterre.net/spip.php?article1739) vaut son pesant de


combustible irradié. Tout comme cette idée (p. 123) : il faut « concentrer l’utilisation du nucléaire dans les

économies les plus capables de la maîtriser de façon à réserver aux autres les sources d’énergie plus

traditionnelles et plus polluantes ».

LA REDISTRIBUTION EST DEPASSEE

Une partie de son livre est consacrée à montrer que la redistribution publique des richesses est « une impasse »

(p. 27) et qu’il faut désormais s’intéresser à un « socialisme de la production » dont le contenu reste

énigmatique, ce qui peut expliquer l’abandon ultérieur de cette innovation sans contenu. Il y écrit « il a été

démontré [par qui ?] que bien peu de choses étaient, en définitive, redistribuées entre les riches et les pauvres ».

Cet argument n’est pas sérieux. En dépit de son affaiblissement, la redistribution conduit, entre autres, à ce

résultat remarquable cité dans un rapport du Sénat : « les effets combinés des impôts et transferts sociaux

permettent de faire sortir de la pauvreté plus de la moitié de la population à risque, en moyenne dans l'OCDE.

Cet effet varie d'environ un quart de la population située sous le seuil de pauvreté avant impôts et transferts

(États-Unis) à plus des deux tiers de cette population (Danemark, France). Cet effet a toutefois décliné au cours

de la seconde moitié des années 1990 dans la plupart des pays de l'OCDE » (source :

http://www.senat.fr/eco/ec01/ec010.html).

Il me semble que DSK confond la régression effective, depuis le début de la période néolibérale, du rôle de

l’État comme garant de l’égalité des droits essentiels, du fait notamment d’une fiscalité de moins en moins

progressive (mouvement dont il a été l’un des artisans, nous le verrons), et une prétendue impasse historique de

la redistribution. Ce genre d’argument me rappelle celui qu’emploient les libéraux qui, après avoir étranglé les


services publics, nous expliquent que, puisque leur qualité se dégrade, il faut les privatiser.

VIVE LES BAISSES D’IMPOTS

Cette rubrique n’est pas étrangère à la précédente. Si la redistribution est dépassée, on n’a pas besoin de tant

d’impôts et de « charges ». DSK s’en explique dans son livre pages 276 et suivantes. Après avoir dit qu’il n’est

pas « un fétichiste de la baisse d’impôts et de charges », il explique ceci, en référence à la période Jospin : « Il

m’est donc revenu d’expliquer que la baisse des impôts était un instrument autant qu’un objectif : instrument au

service de la croissance, de l’innovation et de la prise de risque ; objectif au service de la justice sociale – les

baisses d’impôts pouvant tout aussi bien y contribuer que les hausses de dépenses ». C’est d’ailleurs à ce titre


qu’il défend ensuite la réduction des droits sur les donations, alors qu’en fait elle avantage bien plus les riches


que les pauvres.

On sait pourtant - mais on le savait avant - ce que ces baisses ont produit : cadeaux aux riches, inégalités en


hausse, impuissance publique, creusement de la dette, contribution aux crises financières...

Comment DSK justifie-t-il les multiples réductions d’impôt auxquelles son nom est attaché ? Deux arguments

ont cette fonction : les classes moyennes et la prise de risque.

TOUT POUR LES CLASSES MOYENNES (SUPERIEURES)

Le premier argument se trouve dans les pages de son livre (48 et suivantes) dédiées à la célébration des mérites

particuliers et des problèmes spécifiques des classes moyennes, baptisées selon les cas « corps central » ou

« groupe intermédiaire ». Il faut lire en particulier les pages 50 et 51, dont je ne peux rendre compte

qu’imparfaitement par les édifiantes citations suivantes.

« Cette partie de la population… est le socle même sur lequel repose notre démocratie. Du groupe le plus


défavorisé, on ne peut malheureusement pas toujours attendre une participation sereine à une démocratie


parlementaireCe sont donc les membres du corps intermédiaire, constitué en immense partie de salariés


avisés, informés et éduqués, qui forment l’armature de notre société… Leurs objectifs reposent sur la


transmission à leurs enfants d’un patrimoine culturel et éducatif d’une part, d’un patrimoine immobilier et


parfois quelque peu financier, qui sont les signes de leur attachement à l’économie de marché. Or ce sont les

objectifs de ce groupe qui sont atteints de plein fouet aujourd’hui ».

Avec cette représentation des enjeux sociaux, il va de soi qu’il faut baisser les impôts et les droits de succession

ou de donation ! Les arguments imparables de Piketty montrant que l’impôt progressif sur le revenu et les droits

de succession ont été les grands outils de la réduction des inégalités au cours des « Trente glorieuses » ne

résistent pas à une telle « analyse de classe ».

On l’aura compris, ce groupe intermédiaire avisé, formé, éduqué et doté de multiples patrimoines à transmettre,

n’est pas du tout « central », mais nettement en haut de la hiérarchie sociale. Dans un pays où seulement 28 %

de la population a un niveau d’études supérieur, et où les 50 % les moins riches ne détiennent que 7 % du

patrimoine brut des ménages, les couches sociales salariées que privilégie DSK et qui seraient selon lui

« atteintes de plein fouet » doivent représenter au plus le tiers supérieur de la hiérarchie sociale, mis à part les 1

% les plus riches. Les cadeaux fiscaux au « groupe intermédiaire » ne pouvaient donc qu’être des cadeaux aux

plus riches, et c’est bien ce qui s’est produit.

Mais un deuxième argument vient justifier certains cadeaux ciblés… pour les 1 % du haut de l’échelle.

ENCOURAGER LA « PRISE DE RISQUE »

« Un même revenu ne devrait pas être imposé de la même manière selon qu’il est plus ou moins aléatoire ou plus

ou moins risqué. Si nous voulons encourager la prise de risque et la création, nous devons en tenir compte dans

la fiscalité » (p. 283).

Tel est le fondement idéel de toute la fiscalité « avantageuse » mise en place par touches successives par DSK,

d’abord en 1997 pour certains créateurs d’entreprises (pourquoi pas d’ailleurs, si c’est bien fait, transitoire, et pas

réservé à tel ou tel secteur), puis de plus en plus largement, avec un régime qui faisait de notre pays une

exceptionnelle terre d’asile fiscal des stock options. L’invocation des « créateurs » devenait un écran de fumée

pour cacher des cadeaux aux très riches.

Je n’ai pas trouvé le mot stock option dans les 400 pages du livre de DSK. Il est vrai qu’il s’agit à coup sûr du

volet de sa politique qui a suscité le plus d’opposition à gauche et au sein de son propre parti. Au point que

Laurent Fabius, succédant à DSK en 2000, devait réintroduire de la progressivité dans les taxes sur les stock

options, là où DSK proposait une taxation incroyablement basse à 26 % (Juppé n’en était, deux ans plus tôt, qu’à

40 %, ce qui était déjà un beau cadeau). Voici un témoignage (à prendre comme tout témoignage) que l’on

trouve sur le blog de Laurent Fabius (26 janvier 2010) : « Fin 1999, Dominique Strauss-Kahn, avait souhaité

étendre le régime fiscal avantageux des BSPCE (créés par Claude Allègre et réservés aux entreprises innovantes)

à l’ensemble des stock-options. Devant le scandale légitime soulevé par les 100 millions de francs de stockoptions

obtenus par le PDG de ELF, les parlementaires socialistes avaient refusé cette extension et prôné un

durcissement de la réglementation relative aux stock-options. C’est dans ce contexte, que dès mon arrivée à

Bercy en 2000, j’ai fait voter la loi portant Nouvelles régulations économiques. Avant sa mise en place, les plusvalues

d’acquisition étaient taxées au barème de l’impôt sur le revenu ou bien à un taux spécifique de 30% (hors

CSG et CRDS)… J’ai mis fin à cette situation injuste grâce à un nouveau régime… ».

Normalement, « la » théorie économique nous enseigne que le profit qui revient à l’entrepreneur est la

rémunération du risque qu’il prend. Rien dans cette théorie ne dit que l’État devrait rajouter une couche de

cadeaux fiscaux permanents pour les investisseurs et les dirigeants.

Un proche de DSK avait théorisé à sa façon cette prime de risque. Il s’agit de Denis Kessler et de sa contribution

décisive à la « pensée MEDEF » : l’opposition entre les risquophiles et les risquophobes.

De fait, les riches ne courent pas de vrais risques économiques. Ils retombent pratiquement toujours sur leurs

pieds. Ni Tapie ni Messier ne pointent à Pôle emploi, et pourtant, des risques insensés, ils en ont couru, et surtout

ils en ont fait courir à d’autres. Ceux qui courent massivement des risques de désaffiliation sociale ou des risques

vitaux, ce sont les millions de chômeurs et précaires et ceux dont les conditions de travail sont dangereuses : il y

a deux millions de morts du travail par an (accidents du travail et maladies professionnelles) dans le monde.

Mais ils ne sont ni dans le « groupe central » de DSK ni dans ses risk-takers.

RETRAITES : POUR LES FONDS DE PENSION « SALARIAUX »

DSK consacre plusieurs pages de son livre (327-331) à expliciter sa vision du financement des retraites, question

qu’il associe étroitement à celle du « mode de financement de l’économie » via des « fonds salariaux ». Pour lui,

le choix de la répartition est « une singularité française » qui « n’a pas autorisé la constitution de grands fonds

d’épargne similaires à ceux qui existent dans la quasi-totalité des pays développés ». Le terme assez impopulaire

de « fonds de pensions » n’est pas employé, mais c’est bien de cela qu’il s’agit. Leur principe serait, comme

pour tous les autres, de placer les sommes épargnées dans « des entreprises très nombreuses ». DSK est

favorable à leur « développement massif », avec un argument supplémentaire (mais y croit-il vraiment ?) : ces

fonds à la française seraient capables d’éviter des délocalisations décidées par des fonds étrangers.

D’autres que moi se sont chargés de critiquer cette illusion. Et la crise récente aurait dû conduire à la remiser au

rayon des idées particulièrement nocives pour les retraités et pour la stabilité financière globale. Nous verrons

donc bien si DSK change son fusil d’épaule dans la période à venir.

PRIVATISATIONS : IL FALLAIT LES FAIRE

DSK se défend de toute attitude dogmatique en faveur des privatisations ou des nationalisations : cela dépend.

Jusque là, on peut être d’accord. Mais la suite est moins équilibrée. Vingt pages de son livre sont consacrées à

cet enjeu (286-307).

Il annonce : « J’ai toujours refusé de me livrer au décompte des privatisations respectivement opérées par la


droite et la gauche » (p. 293). Il n’a pas tort, car l’exercice, effectué par d’autres, le met largement en tête des


« privatiseurs » selon tous les critères, qu’il s’agisse des banques et assurances ou de l’industrie. Il développe

particulièrement, en cinq pages très argumentées, le cas d’EDF. Selon lui, le contexte avait changé (surcapacités,

priorité au moindre prix et à l’amélioration du service), obligeant EDF à exporter et à se développer à l’étranger.

Du coup, « les textes européens ouvrant la production et la distribution d’électricité à la concurrence font figure

de formidable chance pour le service public… bridé par les contraintes du monopole… devenant handicap ». Je

ne peux, dans ce billet, reprendre chacun des arguments précédents. Je les crois tous profondément inexacts, et

plus encore aujourd’hui, après Fukushima. Tout comme est insoutenable l’idée que la dérégulation européenne

des services publics a constitué une « formidable chance » pour LE service public. Je vous invite à lire le très

bon livre récent de Thierry Brun « Main basse sur les services » (Desclée de Brouwer, 22 euros).

LA MONDIALISATION ET L’ELOGE DE LA CONCURRENCE

La mondialisation fait l’objet de réflexions (chapitres 6 et 7) qui sont parmi les plus intéressantes du livre.

Notamment des propositions de réforme de l’architecture des grandes institutions internationales et de réduction

ou d’effacement de la dette des pays les plus pauvres.

De façon générale, la mondialisation est jugée inévitable, largement « accomplie », imparfaite mais hautement

souhaitable car « c’est de l’accroissement et de la multiplication des échanges que naissent les civilisations ».

L’immense mérite de la mondialisation, pour le professeur d’économie, c’est le suivant : « s’il est un gagnant, un

seul, à la mondialisation, c’est bien le consommateur - je pense ici au consommateur des pays développés… Si la

mondialisation fait le bonheur du consommateur, c’est parce que le marché, devenu mondial, favorise la

concurrence et encourage de ce fait la baisse des prix. La concurrence entre producteurs est en effet la seule

manière de garantir au consommateur qu’aucune entente ne viendra le priver du bénéfice d’une partie au moins

des gains de productivité ». Il s’agit pratiquement d’une application de l’enseignement néoclassique dispensé à

Sciences Po et par lequel j’ai débuté ce texte.

Je n’ai pas trouvé dans ces deux chapitres de référence au dumping social et environnemental, ni au commerce

équitable, ni aux dommages environnementaux collatéraux de l’intensification des échanges, ni à la nécessité de

privilégier la petite agriculture vivrière. Au contraire, la mondialisation vient « au secours du développement »

grâce aux investissements des firmes du Nord dans les pays du Sud (p. 127).

J’y ai trouvé en revanche un plaidoyer (p. 130-131) en faveur 1) de la poursuite de l’ouverture des marchés


agricoles « indispensable à la survie d’une grande partie de l’humanité », et 2) des OGM : « les progrès de la


productivité hydrique de l’agriculture… supposent une intense exploitation des possibilités offertes par les


OGM ». DSK ajoute : « Je n’y suis pas hostile mais je ne suis pas certain que les adversaires traditionnels de la

mondialisation y consentent »…

CONTRE LA TAXATION DES TRANSACTIONS FINANCIERES

DSK est hostile aux taxes globales (écologiques, etc.), mais son opposition à la « taxe Tobin », que son

expérience au FMI n’a pas entamée, est particulièrement vive, au point qu’il y consacre dix pages (134-143) de

son livre ! Il n’y va pas de main morte : cette taxe, qui part de bonnes intentions, est « techniquement peu

réaliste », les progrès de la technologie financière et en particulier des produits dérivés la rendent inapplicable,

elle aurait pour conséquence la disparition de milliers d’emplois dans les salles de marché, l’euro a constitué un

moyen beaucoup plus efficace pour stopper la spéculation sur les devises européennes, et surtout « en quoi

l’activité spéculative des traders est-elle gênante ? » (p. 141).

Conclusion : « techniquement impossible, la taxe Tobin s’avèrerait aussi financièrement et stratégiquement

inefficace ». Et pire : « les cortèges et les défilés en faveur de la taxe Tobin, de même que les associations

auxquelles elle donne naissance ou les ralliements politiques qu’elle occasionne parfois [il s’agit notamment de

plusieurs députés socialistes, JG], CONSTITUENT L’UN DES PLUS SÛRS REMPARTS DE LA

SPÉCULATION ».

Bien entendu, les objections techniques de DSK méritent examen et réponses. Le problème est que des réponses

existaient déjà lorsqu’il a écrit son livre et qu’elles se sont précisées ensuite. Au point qu’aujourd’hui un appel

de 1000 économistes de 53 pays, dont Paul Krugman et Joseph Stiglitz, invite à créer cette taxe sans tarder, en

insistant sur sa faisabilité. Voir ce lien. http://mc.saliceti.free.fr/spip.php?article10722

S’il n’en reste qu’un, DSK sera-t-il celui-là ? Ce n’est pas certain, car ce pourrait être, pour lui,

« stratégiquement inefficace ».

JUSTIFICATIONS ET LIMITES DE CE « PROFIL »

Je ne compte nullement conclure ce « profil » par un jugement synthétique. Ce n’est pas l’objectif. D’autres

sources d’information existent que j’ai laissées de côté, ainsi que nombre de critiques (ou de louanges) d’un

niveau parfois lamentable. Du côté des amis de DSK, le site incontournable s’appelle « DSK dans le texte » ».

http://www.dskdansletexte.net/

Mais je voudrais, en tenant compte de deux commentaires critiques, au demeurant rédigés par des amis

(Christian Chavagneux et Dominique Taddéi), justifier ma méthode et revendiquer ses biais, sans ignorer les

limites.

Pourquoi ai-je à ce point privilégié un livre, au demeurant un peu ancien ? Parce que ce livre est très argumenté,

parce qu’à ma connaissance personne n’avait exploité cette source, et parce qu’il a le grand avantage d’être une

sorte de « bible » des thèses et justifications de DSK (400 pages). Par ailleurs, écrit en dehors de toute campagne

politique, il cède moins que certains écrits de responsables politiques au penchant à la démagogie préélectorale

et aux promesses « en l’air ». Sur le site « DSK dans le texte », il est présenté encore aujourd’hui comme sa «

vision globale de la société ».

Pourquoi n’avoir pas exploité les nombreux discours de DSK au FMI, me demande C. Chavagneux, en ajoutant :

« DSK y défend-il une approche néoclassique ou keynésienne ? Régulatrice ou dérégulatrice de la finance ?

Favorable ou défavorable à l’emploi ? Etc. ».

Un tel examen serait sans doute digne d’intérêt, mais on sait aussi que les discours du directeur d’une institution

reflètent autant les orientations collectives de ceux qui en ont le contrôle que les convictions personnelles du

directeur. Et l’on connaît des exemples de décisions « keynésiennes » (ou de mesures protectionnistes) prises par

des dirigeants très libéraux. Bref, j’ai préféré l’expression structurée d’analyses personnelles approfondies libres

de toute inscription institutionnelle et de tout calendrier électoral.

Les citations et thèmes que j’ai sélectionnés pour ce profil sont-ils partiels ? OUI, mais je l’assume, avec un

argument : ce sont à mes yeux des questions particulièrement décisives pour la « gauche altermondialiste et

écologiste » dont je fais partie. Ma sélection est orientée, mais je la crois défendable sous cet angle revendiqué.

Enfin, je ne m’interdis pas de faire le même exercice pour d’autres personnalités politiques, sur la base de leurs

ouvrages les plus explicites. Mais pour l’instant DSK est en tête des sondages et il a, de loin, le profil

d’économiste le plus marqué. Il était, si je puis dire, mon premier candidat naturel…
 
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
En Gros,DSK c'est une politique de classe supérieure qui VOLE les pauvres sous prétexte qu'ils sont moins éduqués.
Une politique de droite qui tue la gauche en lui volant son nom.
Une politque qui n'a rien à voir avec l'intérêt général et même la démocratie.

Aucun commentaire:

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.