Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

lundi 31 mars 2008

extrait d'un article déjà paru sur le blog.

cet été,il n'y a eu aucun contrôle surprise des producteurs de tomates bios.
pas vu,pas pris.
mais le consommateur dans cette histoire?il en pense quoi?

la rêglementation Européenne va changer en 2009.
à croire que les produits chimiques ne polluent plus...

vrai ou faux bio?
pour moi,il y a 2 sortes d'agricuteurs bio.les paysans bio et les exploitants bios.tout le monde n'a pas triché mais certains qui ont choisi la monocuture ont pris des risques démesurés...ce qui me gêne c'est que ce sont les tricheurs qui s'en sortent financièrement:j'ai vu des tomates "bien protégées" vendues pour des bios à plus de 6 euros le kilo.bien-sûr les consommateurs ne vont pas mourrir mais les producteurs qui ont choisi cette année de tricher vont avoir du mal à revenir en arrière pour retrouver une éthique ...j'ai une dent contre les organismes certificateurs sensés protéger le consommateur mais qui ont tout intérêt à ne pas parler de la triche parce que ça revient à scier la branche sur laquelle ils sont assis:les tricheurs le savent bien,malheureusement.

La viticulture bio mise en échec par le mildiou et un été maussade
LE MONDE 03.09.07 15h00 • Mis à jour le 03.09.07 15h00
Températures douces, pluies abondantes à partir de mai... les conditions météorologiques de 2007 ont fait apparaître dans les vignes, ainsi que sur les tomates et les pommes de terre, un mildiou particulièrement ravageur, que viticulteurs et maraîchers bio ont eu beaucoup de mal à maîtriser.
Au point que certains ont dû se résigner, pour assurer leur revenu, à traiter leurs vignes contre ce champignon avec des produits chimiques de synthèse,
une pratique strictement interdite par la réglementation européenne sur l'agriculture biologique, car elle pollue les sols.

En quinze ans, "je n'ai jamais, quelles que soient les difficultés, utilisé un produit qui ne soit biologique", a écrit, en juillet, un viticulteur dans une lettre ouverte au président d'Ecocert, l'organisme qui délivre les certificats d'agriculture biologique. En haut à gauche de sa missive, ce Bordelais bien connu pour son engagement pour la viticulture bio, a inscrit : "objet : retrait de la certification". Puis il informe que, "dans une situation aussi sensible, où l'éventualité d'une perte totale de récolte se posait directement, seule l'application d'un produit non autorisé (lui) permettait de sauver (sa) récolte". Sa décision est lourde de sens : sa production va être déclassée, et il lui faudra désormais trois ans, s'il le souhaite, pour convertir de nouveau son vignoble à l'agriculture biologique.
Selon Ecocert, quelques agriculteurs bio ("moins d'une dizaine"), uniquement des viticulteurs, se sont résignés à prendre cette douloureuse décision cet été, mais d'autres ont préféré perdre tout ou partie de leur récolte annuelle et rester en bio.
"Beaucoup de gens nous ont alertés sur les attaques fongiques auxquelles ils étaient confrontés. Ceux qui ont traité juste au bon moment s'en sont sortis, pour les autres, les traitements utilisés en bio n'ont pas été efficaces", explique Antoine Faure, responsable de la certification chez Ecocert. L'organisme a décidé de réaliser 40 % de contrôles supplémentaires pour vérifier qu'il n'y avait pas eu, à son insu, de traitements chimiques dans les vignobles bio.
Ceux qui cèdent à la tentation sont rares : une vingtaine de cas par an, sur 8 000 producteurs bio, précise M. Faure, ajoutant que les viticulteurs non bio "ont dû utiliser beaucoup de pesticides" pour cette récolte.PAS DE TRAITEMENT CURATIFFace aux attaques de mildiou, les agriculteurs bio ne peuvent avoir recours qu'aux moyens de lutte préventifs, et à aucun traitement curatif. Ils sont autorisés, selon la réglementation européenne, à utiliser quelques produits, principalement le sulfate de cuivre, plus communément appelé "bouillie bordelaise", avec lequel ils traitent fréquemment leur vigne, tout comme les viticulteurs conventionnels.
Si le produit est naturel, il n'est pas totalement inoffensif : son utilisation en bio est donc limitée, afin de préserver la vie du sol, à 6 kilos de cuivre-métal par hectare, sur une moyenne de cinq ans.
Cette année, beaucoup auront poussé jusqu'à 8, voire 10 kilos, traitant exceptionnellement chaque semaine en juillet et en août sans toujours que cela suffise à sauver leur récolte.
"Une fois que les taches sont là, la maladie est difficile à stopper en bio. On y a donc moins droit à l'erreur qu'en agriculture conventionnelle", explique Monique Jonis, chargée des fruits et légumes et de la viticulture à l'Institut technique de l'agriculture biologique (ITAB). "C'était particulièrement dur cette année", ajoute-t-elle, rappelant, que comme le mildiou est arrivé tardivement en Europe, au XIXe siècle, les cépages n'ont pas de moyens de défense naturels contre lui.Certains viticulteurs bio réclament que l'accent soit mis davantage sur la recherche, et non seulement sur les normes et les contrôles, pour permettre à ceux qui font le choix d'une agriculture plus respectueuse de l'environnement d'être moins démunis face au champignon. Sur 840 000 hectares de vignes en France, 20 000 ont été convertis au bio, un chiffre en progression de 40 % sur cinq ans.La virulence du champignon, cette année, aura mis en exergue la technicité que demande ce mode de production. "Ce n'est pas une agriculture d'arrière-garde, bien au contraire. Ce sont les meilleurs en conventionnel qui se mettent en bio, car cela demande un professionnalisme qui n'est pas à la portée de tous", plaide Antoine Faure.
Avec les traitements préventifs, la disponibilité doit aussi être supérieure : "J'ai été trop absent", raconte le président de la Fédération nationale de l'agriculture biologique, Henri Thépaut, maraîcher en Bretagne. "Ma production de pommes de terre de conservation sera égale à zéro, mais d'autres, plus présents et techniciens que moi, auront réussi à en faire tout de même", conclut-il.
Laetitia Clavreul
Article paru dans l'édition du 04.09.07.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

i have a Toshiba terca 8200 laptop and i have a wine32.worm netsky virus on my laptop and it turned off by its self while i was trying to remove it.um i tried turning it back on and it dosent boot up.i tried the f8 button (advanced options)and i press default option and it just goes to the blank black screen i tried to go to safe mode it had the little words coming down and then it stops after about 3 secs and just freezes.?i don't know whats going on but i need to fix it asap and i dont have a boot up cd i didn't back nothing up.i even tried to unplug the cord and the battery and hold down power button for 10sec and still dosent work i tried everything nothings works!!please please please help,its frustrating me!! [url=http://gordoarsnaui.com]santoramaa[/url]

Anonyme a dit…

[url=http://www.sarvajal.com]viagra[/url]

Anonyme a dit…

Nice blog here! Also your website loads up fast!
What host are you using? Can I get your affiliate link to your host?

I wish my site loaded up as fast as yours lol

Also visit my web page ... Oraculo.inf.br

Anonyme a dit…

Attractive section of content. I just stumbled upon your blog and
in accession capital to assert that I get in fact enjoyed account your
blog posts. Any way I'll be subscribing to your augment and even I achievement you access consistently rapidly.

Here is my blog; ford ranger forum

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.