Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

mercredi 26 mars 2008

l'UE compte identifier les bénéficiaires des subventions agricoles

Papounet,parfois les sempiternelles gérémiades envers les pouvoirs publics peuvent apporter un peu de JUSTICE:

L’UE compte identifier les beneficiaires de l’aide agricole, EurActiv, 20/03/08

Des l’annee prochaine, les Etats membres devront publier une liste de tous les beneficiaires des subventions agricoles europeennes, ainsi que les details complets des montants recus.
Cette initiative vise a mettre un terme au traditionnel secret autour des destinataires du plus gros fonds europeen.
Selon un nouveau reglement adopte par la Commission le 19 mars, les donnees devront etre publiees sur des sites Internet specifiques geres au niveau national d’ici le 30 avril 2009, afin de permettre au public de surveiller comment sont depenses les 55 milliards d’euros du budget europeen de la Politique agricole commune.
La Commission creera egalement son propre site web comportant des liens vers les differents sites nationaux. Les informations relatives aux montants seront divisees entre les aides versees en paiement direct ou en autres mesures d’aides, notamment dans le cadre du fonds de developpement rural.
« Il s'agit de l'argent des contribuables; il est donc tres important que les citoyens sachent comment il est depense», a declare la commissaire europeenne a l’Agriculture et au developpement rural, Mariann Fischer Boel.

Cette mesure, annoncee a l’origine en octobre 2006, est un des piliers principaux de l’initiative plus vaste de la Commission sur la transparence (lire notre LinksDossier), qui exige notamment que tous les fonds debourses sous son controle direct soient immediatement publies.

Mais l’idee est egalement de garantir un meilleur controle de l’efficacite des aides attribuees aux agriculteurs europeens, dans un contexte ou certains craignent que de grandes exploitations agricoles ne recoltent des millions d’euros, tandis que les plus petites exploitations, a faible revenu, ne recoivent pratiquement rien.
« La transparence devrait aussi ameliorer la gestion de ces fonds, grace a un controle public renforce de leur utilisation. C'est la seule maniere de garantir un debat eclaire sur l'avenir de la politique agricole commune », a insiste Mme Fischer Boel.
Selon les donnees disponibles, l’ONG Farmsubsidy.org estime que 18% des grandes exploitations agricoles recevront 85% des subventions agricoles de l’UE.
Pour le cofondateur de l’ONG, Jack Thurston, « plus nous parvenons a savoir qui obtient quoi, plus nous constatons a quel point la politique agricole commune est deconnectee des perceptions des Europeens ordinaires qui payent les factures ».
La Commission esperait regler ces desequilibres en soumettant la PAC a un « bilan de sante » complet en mai cette annee grace a des plans preliminaires presentes par la commissaire Fischer Boel fin 2008, suggerant de reduire le montant maximum des subventions accordees aux exploitations agricoles sur une annee donnee. Mais les ministres de l’agriculture des 27 Etats membres ont rejete l’initiative au debut de la semaine (EurActiv 19/03/08).
De nombreux pays restent attaches a la confidentialite qui caracterise traditionnellement les paiements des subventions : jusqu’a present, seuls 14 gouvernements ont choisi de publier tout ou partie des informations concernant les principaux beneficiaires de leurs subventions agricoles en prevision du calendrier.
La premiere reunion du « processus regional europeen » a eu lieu fin fevrier 2008. Elle a determine les questions essentielles en Europe devant etre abordees lors du Forum. Ces questions vont du changement climatique, de l'adaptation aux debats de l’empreinte en eau, de l’empreinte energetique et du developpement des futurs scenarios pour l’approvisionnement en eau. Le financement est egalement est un des sujets prioritaires qui abordera les questions de la privatisation, des strategies de calcul de prix et du commerce. En outre, l’efficacite et le recyclage de l’eau seront discutes dans le cadre des initiatives scientifiques et technologiques liees a l’eau.
----------

2 commentaires:

Anonyme a dit…

salut pascal,
je t'ai laissé une question sur le message du 18 février, je ne sais pas si le site t'averti automatiquement aussi je prends les devants,
merci aussi pour toutes ces réflexions et infos,

paillement et terrement,
jerome (on s'est déjà vu sur le chantier des pailleendrome)
previeux@yahoo.fr

Anonyme a dit…

Tu vois bien que malgré ton 1er poste sur le sujet , les réglements européens ne sont pas toujours mauvais.
Réclamé la transparence des primes comme je l'ai toujours fait ce n'est pas une gérémiade.
Une gérémiade c'est quand on dit que on arrête le bio a cause des réglements européens dévavorables au lieu de faire son auto critique.
a mon avis tu es comme moi paysan bio , pas fait pour être agriculteur , on est trop idéaliste , trop rêveur , trop politique , trop compliqué psycologiquement et pas assez terre a terre , pas assez rigoureux.
moi apres l'échec cuisant d'une instalation en l'ombriculture(1982) et après avoir essayé maint autre métier j'ai trouvé ma voie dans les chifres de l'étude technico économique des exploitations.
Toi, vu tes articles hyper intéréssant sur l'habitat écologique je te vois bien dans ce secteur en pleine expansion.
Quand au bio , il va considérablemnt progrésser dans les années a venir ,la demande des produits explose , ma coop bio a triplé ses ventes depuis 3 ans et le revenu agricole de 85 % des bio de la région Pays de Loir a augmenté en moyenne de 35%.
De plus en plus d'agri bio sorte les prime bio de leur prévision comptable et les investissents pour leur retraite au lieux de les investir dans leur exploitations.
cela montre une indépendance financiere acru du bio par rapport aux pouvoirs public.
La recherche et la technique agricole qui comme tu le dit a été des années au service du tout chimique se réoriente maintenant vers le respect de l'environnement.
Amélioraton de la structure du sol par des techniques simples , assolement mieux géré, maitrise des besoins en eau , semis de précision(qui évite les gaspillage et augmente de façon naturelle les rendements) , faux semis , respect de date de semis , de la lune , utilisation de composte ligneux , utilisation de purin d'ortie ect ect...
Avec toute ses techniques inovantes et naturelles phil, mon copain, a considérable augmenté la rentabilité de son expoitation tout en respectant la nature .Sa terre est maintenant plus fertile(taux d'humu en augmentation) et dépoluer (plus de résidus de l'époque"chimique" de ses parents).
c'est vrai que 15% de bio du secteur sont en grosse dificulté et que leur revenus baisse , certain arrete meme.
je pense que c'est souhaitable et ils n'ont qu'a s'en prendre a eux meme , il ne sont tout simplement pas fait pour ce métier qui demande vraiement beaucoup de savoir faire (technique , gestion et commercialisation) et de motivation.
Certains de ses doux reveurs qui croyaient que le bio leur était donner par la nature , tombait du ciel , qu'il sufisait de le ramassé et que l'état devait payer l'addition on fait vraiement beaucoup tort à la progréssion de l'agricuture biologique en France (10 ans de retard sur l'Allemagne)qui de toute façon va continuer une progréssion exponentielle......sans eux.
LE PAPOUNET

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.