Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

vendredi 6 juillet 2007

bio carburants

je suis pour le droit pour les paysans de produire chacun une quantité maximale de biocarburants(tournesol ou colza cultivés proprement sans irriguation)
le produire mais aussi le vendre aux particuliers.
celà nous permettrait de garantir un revenu décent pour nos familles et de produire à côté des produits bios ou du moins écologiquement propres qui seraient vendus à des prix accessibles même aux clients ayant de bas revenus.
j'aurais sûrement beaucoup l'occasion de vous en parler car c'est un peu devenu ma marotte agricole

MAIS
les politiques font barrage.
tous?
non,il en existe 1 irréductible.
il n'est pas français,
il s'appelle Lula
avec un L majuscule car c'est un savré bonhomme.
------------------------------------------------------------------------------------------------
Lula vante les biocarburants, une "chance" pour les pays pauvres, AFP, 05/07/07

Bruxelles (AFP) - Le president bresilien Luiz Inacio Lula da Silva a prononce jeudi a Bruxelles un vibrant plaidoyer pour les biocarburants qui peuvent selon lui "combattre la misere" dans le monde, et dont on peut eviter les effets secondaires nefastes sur l'environnement.
Les biocarburants offrent l'"occasion historique" de construire "un monde prospere, uni et juste", a estime Lula, dont le pays est devenu le premier producteur mondial d'ethanol.
Ils permettent selon lui de repondre a "un double defi": "garantir la securite energetique sans dommages a l'environnement, et modifier un modele de consommation non durable en respectant les aspirations au bien-etre et au developpement".
Lula, qui intervenait lors d'une conference internationale sur les biocarburants a Bruxelles, s'est dit certain que le succes bresilien pouvait etre "repete" dans le monde en developpement.
"Le Bresil partage son experience avec les pays qui veulent participer a cette revolution de la biomasse, en particulier les pays pauvres d'Afrique et d'Amerique centrale", a-t-il souligne.
Plusieurs dirigeants de pays en developpement ont soutenu ses propos.
L'Indonesie a lance un programme de production de biocarburants notamment "creer des emplois et pour reduire la pauvrete", a ainsi explique le ministre indonesien de l'Energie Purnomo Yusgiantoro, meme si Jakarta est encore loin des 4,5 millions d'emplois directs ou indirects crees dans ce secteur au Bresil.
Le president bresilien a en revanche denonce l'attitude des Europeens.
"Vous ne pouvez pas regarder (les biocarburants) en terme de profit, nous avons besoin de plus de solidarite, pour donner une chance a ceux qui n'ont eu aucune chance au XXe siecle et qui ne peuvent pas se permettre de ne pas en avoir non plus au XXIe siecle".
"Regardez le monde et songez que tous les pays, depuis le plus petit et le plus modeste, et que tous les hommes, depuis le plus modeste, ont la technologie et le savoir pour creuser un petit trou de 30 cm et planter une +plante a petrole+ qui peut produire de l'energie", a-t-il lance.
Cette "revolution" pourrait en plus permettre de democratiser l'acces a l'energie, en remplacant les "20 pays qui produisent de l'energie" par plus d'une centaine de pays" qui pourront exporter vers les pays riches, a plaide Lula, devant le president de la Commission europeenne Jose Manuel Barroso et le Premier ministre portugais Jose Socrates, qui preside l'UE.
Les representants europeens estiment les biocarburants necessaires pour limiter la dependance energetique de l'UE et reduire les emissions de gaz a effet de serre, mais soulignent qu'il ne sont pas la "panacee", comme l'a fait jeudi le commissaire au Commerce Peter Mandelson.
"Nous sommes tous conscients que la production de biocarburants, dans certains cas, peut causer des problemes environnementaux en terme de protection des sols, de gestion de l'eau, de biodiversite, de protection de l'air et des forets du monde", a rencheri M. Barroso.
Pour eviter cela, la Commission prepare pour la fin de l'annee des "normes de durabilite" pour les biocarburants, normes qui s'appliqueront a la production europeenne (3,9 millions de tonnes en 2005) comme aux importations.
Lula a lui assure que le Bresil avait deja integre la protection de l'environnement dans son developpement des biocarburants.
"Les programmes biocarburants ont ete accompagnes par des actions gouvernementales pour proteger la biodiversite", a-t-il assure. Et le Bresil developpe un "programme de certification" qui assurera que les biocarburants bresiliens respectent "des criteres environnementaux mais aussi sociaux", a-t-il ajoute.

2 commentaires:

AmaCha a dit…

Le problème majeur des bio carburant actuels est qu'ils consomment plus de pétrole dans le processus de production que le pétrole lui-même !
(au moment de la transformation en éthanol notamment)
De plus les cultures dans les "pays pauvres" de soja, maïs ou autre génère plus de problèmes qu'ils n'en résolvent.

Une piste qui me parrait meilleure : la production de bio-carburant directement à partir d'algues, en nécessitant un minimum de transformation au final ! Problème actuel : le rendement faible pour l'instant.

Plus d'informations ici :
http://www.terra-economica.info/Le-mirage-des-biocarburants,3385.html
http://www.terra-economica.info/Le-mirage-des-biocarburants-suite,3386.html

paysan bio a dit…

on est d'accord sur le mirage des végétaux carburants industriels.

cependant,avec mes techniques je suis capable de probuire du vrai tournesol bio sans irriguation.

avec une pompe täby montée sur le moteur mono-cylindre du sambron,on obtient une huile vévétale première pression à froid de super qualité qui passe dans tous les diézels non HDI équipés de pompes Bosch.

le seul bémol à ma méthode c'est qu'il ne faut l'autoriser qu' avec un quota par paysan de 50 ha:
ça assurerait à nos familles un revenu équivallent au Smig:
le démon de la productivité a déjà pratiquement tué l'agriculture,ne recommançons pas les mêmes bêtises.
il faut aussi s'assurer que seul le paysan producteur se charge de la distribution de SON produit à la ferme.
je crois énormément à a personnalisation du produit:
je préfère connaitre le producteur personnellement plutôt que de faire confiance à des labels qui sont très souvent détournés.

pour les algues aussi il faut se méfier:là aussi ce sont les industriels qui veulent garder la main sur la production.
en leur donnant le MONOPOLE de l'énergie,on prend un gros risque.
avec ma méthode,au contraire,on démocratise l'énergie tout en créant beaucoup d'emplois (500 000)et en redynamisant les campagnes.

pour l'instant,ce sont les lobbies
de l'énergie et les grosses coopératives agro-industrielles qui sont en train de prendre la main.
les bettraviers(,qui sont les pires chasseurs de prime de la politique agricole commune,qui accessoirement sont à la tête de la FNSEA et ont leurs entrées au ministère de l'agriculture et à Bruxelle),on un accord avec le gouvernement et Leclerc:
ce sont les fameuses pompes vertes de Prost qui n'ont de vert que le nom.

quelle arnaque!
alors que le changement nécéssaire pour une énergie PROPRE était une vraie chance pour notre pays.

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.