Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

dimanche 1 juillet 2007

Le problème de l'eau

Compte rendu. Face a la secheresse, une meilleure gestion de l'eau s'impose, Le Monde, 21/06/07
Gaelle Dupont, Seville (Espagne) envoyee speciale

L'humanite sera confrontee a l'avenir a des secheresses plus frequentes, plus longues et plus severes. Or, les populations et les autorites concernees n'y sont pas preparees, ou tres mal, a tel point qu'elles connaissent deja de grandes difficultes a faire face aux penuries actuelles. Une meilleure anticipation et une gestion plus rationnelle des ressources en eau permettraient pourtant d'en limiter les impacts.
Tels sont les principaux constats livres par les participants au premier Forum international sur la secheresse, qui s'est acheve mercredi 20 juin a Seville. Le Forum, qui rassemblait des gestionnaires de l'eau venus du monde entier, etait organise par le ministere espagnol de l'environnement, la region Andalousie, et l'exposition universelle de Saragosse, qui aura lieu, en 2008, autour du theme de l'eau.
L'Espagne, regulierement touchee par des penuries, visait plusieurs objectifs en organisant cette rencontre : demontrer l'importance politique accordee au sujet ; mettre en valeur les progres accomplis recemment et tenter de se poser en reference. "Pendant longtemps, nous pensions pouvoir prelever de l'eau sans aucune limite, et nous allions droit a la catastrophe, a explique Joan Corominas, le president de l'Agence de l'eau andalouse. Pendant la grande secheresse des annees 1990, nous avons vecu une veritable psychose : nous avons meme envisage d'evacuer les regions touchees. Nous avons ete forces de reconsiderer toutes les facettes de notre politique de l'eau."
Pour faire face, toutes les regions du monde n'en sont pas au meme point. Les pays riches disposent d'infrastructures (barrages, retenues, canaux, etc.) qui leur permettent de mieux gerer le manque de pluies. "Il y a deux mondes, resume Jaime Palop, directeur de l'eau au ministere espagnol de l'environnement. Le notre, dans lequel le manque d'eau reduit la qualite de vie et entame la competitivite economique ; et le monde en developpement, ou, quand les pluies cessent, les populations meurent de faim."
Malgre ce decalage entre pays riches et pauvres, tous devront faire face a des defis communs. "Dans la region du lac Tchad, a cause du manque d'eau, les sols et les rives du lac s'erodent, la productivite des sols decline, explique Sani Adamu, de la commission de gestion du bassin du lac Tchad. Les conflits pour l'acces a l'eau se multiplient, la pauvrete augmente."

"Une zone d'incertitude"
L'humanite entre "dans une zone d'incertitude ou les solutions du passe ne fonctionneront plus", indique Paul Reiter, directeur de l'Association internationale de l'eau. Les societes devront se tourner vers de nouvelles sources d'approvisionnement, comme le recyclage et le dessalement de l'eau de mer, mais d'abord economiser et ameliorer une gestion de l'eau trop souvent anarchique, ont martele les experts presents a Seville.
Quelques principes de base peuvent s'appliquer partout. Tout d'abord, connaitre le fonctionnement du milieu naturel. Ensuite, proteger sa survie. "Nous avons progresse, a affirme Cate Brown, du Centre de recherche sur l'eau d'Afrique du Sud. En dix ans, nous sommes passes d'un debat sur la necessite de preserver un debit minimal dans le lit des rivieres a un debat sur le volume de ce debit."
Autre imperatif : arbitrer les priorites entre usagers et, si necessaire, redefinir les droits d'acces a l'eau entre urbains, ruraux, industriels et producteurs d'electricite, ce qui suppose de revenir sur des situations acquises. En moyenne, l'agriculture consomme 70 % de l'eau douce. Les marges de manoeuvre y sont donc importantes. "Pour inciter aux economies, il faut imperativement modifier le prix de l'eau, afin de refleter sa veritable valeur, et cesser de subventionner la culture de coton ou de riz dans des regions arides", affirme Larry Farwell, specialise dans la gestion de l'eau en Californie.
"En matiere de partage de l'eau, il faut fixer des regles durables, claires et consensuelles, resume Salem Marzoug, de l'organisation de gestion du fleuve Senegal. Tout doit etre base sur l'equite, afin que chacun ne mesure pas seulement les sacrifices qu'il consent, mais les benefices qu'il en tire."
L'application de restrictions en periode de secheresse peut aussi s'averer delicate. Selon Stuart White, professeur a l'universite de Sydney, ces periodes, traumatisantes pour les populations, doivent permettre de remettre en question les situations acquises et de definir de nouvelles regles de gestion de l'eau, afin de limiter les conflits a venir.
----------------------------------------------------------------
Le facteur demographique aggrave les penuries
La variabilite du climat et les modifications du regime des pluies liees au rechauffement climatique ne sont pas les seules explications aux penuries en eau. L'autre facteur est demographique : les populations se concentrent de plus en plus dans des zones arides. L'Andalousie en est un exemple, tout comme, aux Etats-Unis, la Californie, l'Arizona et le Nevada, qui connaissent des taux de croissance de la population fulgurants malgre un climat semi-aride et les risques de secheresse. "L'eau sera a l'avenir un facteur limitant a notre developpement", predit Jaime Palop, le directeur de l'eau du ministere espagnol de l'environnement.

Aucun commentaire:

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.