Blog sur la production de framboises biologiques avec une méthode utilisant les "mauvaises herbes" comme engrais-paillage. la technique est une amélioraion du BRF:"Bois,Rameaux Fragmentés". elle nécéssite très peu de matériel donc très peu d'investissement; elle ne nécéssite pas non plus de travail de force style bêchage ou passage de motoculteur. en double-cliquant sur les photos,vous verrez mieux les détails. pour laisser un commentaire, choisir l'identité anonyme.

jeudi 18 octobre 2007

le gel provisoire est un leurre.Pierre Cuypers,le lobbyiste est en fait une victime?

Les agriculteurs divises sur le Grenelle de l'Environnement et les OGM, AFP, 17/10/07

Paris (AFP) - 17h18 - Les agriculteurs restent fortement divises sur le Grenelle de l'Environnement, notamment sur la question des OGM (organismes genetiquement modifies), a une semaine de la table-ronde finale, phase ultime de ce forum qui a agite les campagnes francaises.
"Les paysans sont et resteront les premiers ecologistes du pays", a affirme mercredi le president de la FNSEA, Jean-Michel Lemetayer, se disant satisfait que les agriculteurs n'aient pas ete mis au banc des accuses lors des debats du Grenelle de l'Environnement.
"Croyez-vous que c'etait facile pour la FNSEA d'aller au Grenelle de l'Environnement ? A l'evidence non", a souligne le president du principal syndicat agricole francais, lors d'une conference de presse.
La FNSEA a toutefois atteint son principal objectif: eviter qu'un objectif contraignant de reduction d'utilisation des pesticides soit insere dans les mesures principales qui seront adoptes lors des deux jours de travaux finaux, les 24 et 25 octobre ou dans la loi d'orientation et de programmation qui doit etre presentee au Parlement au premier semestre 2008.
En echange, M. Lemetayer, s'est declare jeudi dernier pret a accepter un gel "provisoire" de la commercialisation des semences OGM jusqu'au vote d'une loi mais uniquement "a condition que le texte prenne effet avant les prochains semis du printemps". Jusque la, la FNSEA s'etait radicalement opposee a cette idee, au point de menacer un temps de se retirer definitivement du Grenelle.
Le president de la FNSEA a reconnu mercredi qu'il avait pris cette decision sans l'aval du bureau de son syndicat, declenchant ainsi la fureur des influents cerealiers, en particulier des producteurs de maïs, seuls en France a cultiver une variete OGM.
Le debat devrait se poursuivre lors du bureau et du conseil d'admnistration de la FNSEA, maintenus jeudi malgre les greves des transports.
Pour la Confederation Paysanne, deuxieme syndicat agricole, qui tenait egalement une conference de presse, ce "gel" n'est qu'un leurre, les semis de maïs n'ayant lieu qu'a fin avril. Regis Hochart, son porte-parole, a reclame mercredi, un veritable "moratoire".
La Confederation Paysanne souhaite que la future loi indique qu'"un produit sans OGM est un produit dans lequel on ne peut pas en detecter (moins de 0,1%) et non un produit dans lequel on en tolere 0,9%, comme c'est le cas actuellement le cas pour l'etiquetage des produits alimentaires".
Le troisieme syndicat agricole, la Coordination Rurale, revendique de son cote une position qu'il qualifie de "mesurée".
Dans une fiche consacree a la question, la Coordination indique qu'elle "ne s'oppose pas par principe aux OGM s'ils s'averent utiles a l'humanite". Mais elle releve qu'"aucune loi ne permet aujourd'hui d'etablir les responsabilites en cas de problemes lies a la dissemination" et qu'"il subsiste des doutes sur l'innocuite des OGM qu'aucun scientifique n'a vraiment leves".
Elle reclame donc "l'application du principe de precaution" en soulignant qu'"aucun assureur n'accepte de couvrir ces risques puisqu'ils sont inestimables et inestimés".

A l'issue de debats acharnes sur les OGM pendant les travaux du Grenelle de l'environnement, un consensus est apparu sur le principe d'une nouvelle loi et la creation d'une Haute autorite.
Ces cultures, du maïs uniquement - le MON810 de l'Americain Monsanto - representent 22.000 ha sur les 2,8 M de maïs cultives en France, soit 0,75% des surfaces et environ 2.000 agriculteurs, selon leurs syndicats.
<http://www.tv5.org/TV5Site/info/article-Les_agriculteurs_divises_sur_le_Grenelle_de_l_Environnement_et_les_OGM.htm?idrub=14&xml=071017171824.e5jftxs9.xml>

mes réponses :
-Lemetayer a créé une tempête dans un bocal.
il compte sur ça pour se donner le beau rôle,ce qui est IMPORTANT quand la consultation devient publique.
le terme de LEURRE correspond exactement à ce procédé foireux de négociation
-essayer de nous faire croire que les LOBBYISTES que la FNSEA a envoyé au grenelle y sont allés contraints et forcés alors qu'un gus comme Pierre Cuypers peut se targuer d'avoir "récupéré"
2 milliards d'euros supplémentaires par an de subvention pour les nécrocarburants c'est aussi un MENSONGE éhonté.
-il faudra,un jour qu'on fasse le tri et qu'on appelle un chat,un chat:
la FNSEA passe son temps à jouer sur les mots:
les agro-carburants sont les bio-carburants
les agro-industriels sont les agriculteurs
quand ils disent que "les paysans sont et resteront les premiers écologistes du pays"

si on remet le VRAI TERME,qui pense aujourd'hui que:

"LES AGRO-INDUSTRIELS SONT ET RESTERONT LES PREMIERS ECOLOGISTES DE CE PAYS" ?

voilà ce que a FNSEA est en train de VOUS FAIRE AVALLER.

les agro-industriels,notemment ceux des nécro-carburant qui sont coupabes de crime contre l'humanité (selon ziegler),ne sont pas des PAYSANS.

2 commentaires:

den a dit…

"Les paysans sont et resteront les premiers ecologistes du pays", a affirme mercredi le president de la FNSEA, Jean-Michel Lemetayer.

Ah,ah,ah,ah,ah,ah!

paysan bio a dit…

et oui

archives

Qui êtes-vous ?

paysan bio producteur de framboises biologiques. passionné par mon métier. mais gêné par le fait qu'il ne procure pas un revenu suffisant pour faire vivre correctement ma famille. c'est elle la priorité,donc je vais certainement changer de métier.